fbpx
Select Page

//FRENCH VERSION BELOW//

It is in a workshop that held an ancestral practice that the founder of Heaume Mortal comments on the recent release of Solstices. Connection to the past, search for the timeless, diversified atmospheres and influences, Guillaume presents the raw materials used to shape the dense, heavy and captivating black doom of this first album.

Why choosing a name composed of one word in French and on in English?

There is no particular meaning, it was just created from the etymology of a part of my name and a mix of my parents surnames. There is no occult reference; that is not my thing. I like the idea of having this trigram “eau” that only Francophones know how to pronounce.

The lyrics are written in English, though.

I tried a few times to write in French, but eventually it sounded too much like some Misanthrope’s lyrics once sang. Therefore, the choice to sing in English came naturally. It sounds better that way, I think. Several words related to particular atmospheres I love come in English spontaneously. This is why I write in this language without going through any translation phase. Writing in French might have been more consistent with my ideas, since it’s my mother tongue. But because I’m used to it, I feel more confident writing in English. In fact, I’m not listening to many bands that sing in French. There are some, but not much.

The themes of the loss and the past are very present in your lyrics. Did you consciously choose subjects that matter to you, or did it came rather spontaneously?

It is rather spontaneous, yes. In fact the project is close to the automatic writing: sentences come out of my mind, I just connect them logically. My inspiration usually came from pictures in my head. They are not always very original, but often abstract.

When I was younger, my perception of the past had a key for understanding comparable to René Guénon’s, who described our time as the era of the Kali Yuga: the loss of a golden age due to a long fall to our current state of decline. I read many of his books when I was a teenager, but not anymore. Now I am “a million miles away” from his Freemasonry and islamophile ideas – I am way too materialistic to be still interested in this. Do we really care about the difference between esoteric and exoteric? It’s best reading Lovecraft.

This appeal for ancient periods is, in the end, less a runaway than a support to actively build a brighter future, more consistent. Well, not only in the temporal sphere, but we can also contemplate our past through the observation of modern humans living in other geographic zones. On this matter, Pierre Clastres’ books about the Guayakis are fascinating.

In fact, I am less interested in the past that in what is eternal. I hope to find within this the immutable basis that allows you to live in harmony with the world. There is no real reactionary ideas: a reactionary person thinks that we can go back to a former state. I’m part of the ones thinking that History doesn’t repeat itself.

What are your anchoring points, then?

My lyrics usually refer to the ancestors – “Oldborn” for example. It is quite close to a theory of Varg Vikernes and his wife: in some ancient civilizations, the children around 7 went to the grave of their ancestors in order to collect their skull so that they can be reincarnated in them. It was a way to absorb their knowledge and achievements. I really like this theory. I’ve always been fond of megaliths, they are a source of inspiration and a great springboard for the imagination.

I am trying to show that I refer to what my ancestors could have done. If I’m here today, it’s because they orientated their choices through stability, which made perpetuating a species and a blood line possible. In this current world where it seems sterility is praised, I need to reconnect with my blood line and go back as far as I can, while adding my branches to the tree I come from.

Why have you named the opus Solstices? A name that is understandable both in English and in French.

It is related to my birth, I was born in the night of the 20st to 21st of December, so I consider myself as a child of the solstice. Even if I am inspired by cold and wintry natural atmospheres, I assume having a brighter side. Solstices correspond both to winter and summer. It illustrates perfectly the contrasts that may appear in my music and in what I try to write.

I was also intrigued by the “part III” of “Tongueless”.
I composed other parts for this track and I waited to have a reminder of the riffs, that’s all. I wanted to have a more extended result, but this part was finished first.

 

Where are parts I and II, then?
In my head and on my computer. It is also a tribute to Ramesses’ Misanthropic Alchemy, that contains parts 1 and 3 of an eponym track, but not the part 2. Lurker of Chalice also released a track called “This Blood Falls As Mortal part III” on their eponym album, but never parts 1 and 2.

 

 

 

You have a varied musical background: Cowards, Eibon, Colossus of Destiny and live bass-player for Glorior Belli in 2009 and 2010. How has it affected the creation of Heaume Mortal?

I don’t think that this is very varied, it is still metal! After releasing of the album II we split up with Max, Eibon’s lead guitarist. We wanted to create a new band. I found myself being the only guitarist and I started composing what will later be the tracks of Solstices. Jérôme and Stéphane, two members from Eibon, had some other priorities and the activity of the band really slowed down. I was quickly alone with my demos.

These tracks were not close enough to Cowards’ style to be included in our set-list. Until February 2018, I worked on them on my own. I had some long periods without even listening to them, but I always came back eventually. There was a time in 2018 when we couldn’t rehearse or play gigs with Cowards anymore. That is when I asked Jordan, former live drummer of Coward, if he was interested in working with me on these tracks. Then we scheduled an appointment with Francis, from Studio Saint-Marthe, and had a month to rehearse before the recording. I wrote the lyrics during this period and asked Julien, Cowards’ singer, if he could take care of the singing. We improvised the singing lines directly on the music while recording. After listening to those tracks for years without thinking about the singing parts, it was kind of strange. But in the end, I am happy with the result.

 

 

So how would you describe the style of Heaume Mortal?

I had no precise style in mind when I created Heaume Mortal, it came naturally. I learn how to play guitar with Eibon. I stepped in this band’s style and structure. It is one of my favorite bands, I am proud of having been a part of it. The other members are older than me, I learnt a lot thanks to them. I discovered their musical influences: Italian movies’ soundtracks like Goblin’s or Fabio Frizzi’s works, progressive rock with Anekdoten, and even older death metal and hardcore bands.

We ted to forget that back then styles were not as closed as they are now. There was a general muddle in which much diversified bands influenced each other before walls got build, isolating every style from the others. Nevertheless, a lot of people from my generation listen to everything and are starting to mix various genres again. They open up the gates to other styles and produce opuses that can’t be really categorized. Yet, it’s not making them original, and that is good: the run for originality leads to contemporary art, which is mostly shitty. Originality becomes the target, and  emotions are lost. On the other side, playing the same old tunes, with the same riffs and same structures isn’t much interesting either. Everything has already been done.

To be clearer and answer your question, let’s say: an attempt to compose black metal with a guitar tuned in A?

Francis Caste, from Studio Sainte-Marthe in Paris, took care of the recording, mix and mastering. How was the collaboration? 

All my previous collaborations with Francis always ended up well; we worked on 8 or 9 discs together. So going back working with him was just logical. I love his ability to understand what you want and to succeed in turning the given keywords and concept into sounds. If you ask for “more forest”, “more winter”, “less American”, he manages to set the sound properly to reach the desired result. Plus, he always wants to experiment new processes, which allowed us to make several tests, to break our habits. On “Tongueless”, for example, we worked with samples recorded at my workplace. This badly oiled mechanical noise comes from there. It sounds a bit like in Basil Poledouris’ “Wheel of Pain”, in the Conan the Barbarian by John Milius, during the scene where young Conan is a slave forced to make a wheel turn. This track marked me when I was younger. I remember walking down the street to school listening to it when I was taking my high school diploma.

 

How did you end up working with Les Acteurs de l’Ombre Productions?

I contacted Gérald by email and sent him my tracks and he replied positively. I heard great things about LADLO’s work and I’ve not been disappointed by the devotion of the volunteers who do all they can to release albums in the best possible way. Other labels were interested but didn’t want an album with Burzum’s name written on it.

Why did you select “Yesteryears”, first track of the album, to announce its release?
The label chose “Yesteryears”. I would have selected “Tongueless”, but it finally came second to introduce Solstices. Truth be told, I was surprised that the label chose to release a second track. But in the end, it’s good that the promotion tasks are done without me. I am not really at ease with that.

 

 How are the first feedbacks?
I feel like the vast network of Julien, the singer, helped a lot (laugh). I didn’t particularly communicate about it, except with my close friends. I am not fond of social media. The comments on the YouTube video are mostly positive. It’s good for the ego, but I also appreciate the ones daring to be detractors.

I am not looking for reactions and I don’t take much interest in reviews, even if, as I said, it is great to read compliments and give a faint smile while reading a negative comment. But once a record is released, it’s not yours anymore. If people don’t end up with their own interpretation, aren’t caught in the atmosphere; either the musician did a bad work or the listener isn’t receptive. I compose music for me. I listened to this album several times a day at certain periods, because I play music I want to hear. That has always been my leitmotiv for every band I have been playing in: taking pleasure in listening to our own tracks. I will never release an album I don’t want to listen to – it wouldn’t make any sense.

On the cover we can see a detail of “Thomyris et Cyrus” painting of Gustave Moreau and another part of it printed on the CD. Why using this painting?

I didn’t want to ask someone else to take care of the cover. I didn’t have any specific request or the budget for that. We created the cover with Julien who is a good graphic designer. I had this painting in mind for some time. Some kind of pessimism comes out of this painting through this gulf that sinks into the bowels of the earth, while keeping an aesthetic symmetry. The warm and ocher colors give an earthy aspect to it. The wintry crest corresponds to the black metal side because of its timeless and icy aspect. Finally, the abstract appearance fits well with the pictures I have in mind. I didn’t want a too figurative cover. This is why we only kept the right side of this painting for the cover and not the one with the characters.

 

 What about the logo?

I drew some, but Julien didn’t like them at all. I must admit I don’t know how to draw! Thereafter, I needed one to promote Heaume Mortal. I simply used a font I liked. Truth be told, aspects that aren’t directly connected to the music bore me. I had to do it, but the “wrapping” doesn’t interest me. Yet, I still want that the result reflects me well, so I have to be a part of this process.

 

Solstices includes a cover of Burzum’s “Erblicket die Tochter des Firmament”. Why did you choose this particular track?

I love its quite catchy mid-tempo; I thought it would fit well with the slackening. We started to work on this track with Jérôme and Stéphane from Eibon. I am quite proud of having succeeded in transforming this riff in the end by passing it note by note while conserving the rhythmic. I think I took this track over and reached a satisfying result. In my opinion there is no point in copying the original song, note by note, at the same tempo, and so on.

Burzum is one of the bands that influenced me the most. Varg Vikernes’ personality is very interesting to me. I like his books and share some of his points of interest, which are quite cliché I must admit: role-playing games, the Bronze Age, runes, Iron Maiden, and so. His way of live is also close from what I aspire to. I live in Paris half the time and the other half in the countryside where I take much interest in the permaculture, in our ancestors’ practices. Then, it was obvious for me to do a cover of Burzum to take it over, and speak about this daily and musical inheritance.

 

Is Heaume Mortal a studio project or will it go on stage one day?

No concert planned for the time being. For I am not really a concert person, I won’t just play “to play”. If we will go on stage, I will do my best to make the best gigs possible. But quality implies quantity. I don’t want to spend my time on “quantity” until managing to set up a very well-oiled team with a sound engineer and a light engineer and implementing a set that will guarantee a good show.

When I compose, the stage aspect is never a part of the process. “Yesteryears” includes a long blast that not so many drummers can perform on stage while being able to play the slow parts with enough groove. That is why I’d prefer this project to stay a studio project.

Do you have some other projects in mind for Heaume Mortal?

I close no stylistic door. I am quite fan of Dungeon Synth, and I’d love to compose an opus exclusively with a synthesizer and samples. I think I have overrun my teenager’s musical objectives: with Eibon and Cowards, we’ve been on tours, performed on quite big shows and released albums we are proud of. My current projects are just a parallel bonus to my personal life. I will not stop music, but I am often running out of time to work on albums, even if I always want to.

 

VERSION FRANCAISE :

C’est dans un atelier où se perpétue une pratique ancestrale que le fondateur d’Heaume Mortal commente la récente sortie de Solstices. Rapport au passé, recherche de l’intemporel, ambiances et influences diversifiées, Guillaume nous présente les matières premières qui ont servi à modeler le black doom dense, pesant et captivant de ce premier album.

Pourquoi ce nom composé d’un mot français et d’un autre anglais ?

Il n’y a pas de signification particulière, c’est simplement une partie de l’étymologie de mon prénom et un mélange des noms de famille de mes parents. Pas de référence occulte, ça n’est pas vraiment mon truc. J’aime bien l’idée d’avoir ce trigramme « eau » dont seuls les francophones connaissent la prononciation.

Les paroles sont cependant écrites en anglais.

Il y a eu quelques tentatives d’écrire des paroles en français, mais le résultat final ressemblait trop à du Misanthrope une fois chanté. Le choix s’est donc naturellement porté sur l’anglais. Je trouve qu’elles sonnent plutôt bien comme ça. Plusieurs mots qui correspondent à des ambiances que j’apprécie me viennent spontanément en anglais. Par conséquent, j’écris directement dans cette langue, sans passer par une phase de traduction. Ce serait peut-être plus cohérent avec mes idées d’écrire en français, puisque c’est ma langue maternelle. Par habitude, je me suis néanmoins senti plus à l’aise avec l’anglais. Rares sont les groupes que j’écoute qui chantent en français finalement. Il y en a, mais peu.

Les thèmes de la perte et du passé sont très présents dans tes paroles. Choisis-tu de traiter consciemment de certains sujets qui te tiennent à cœur ou est-ce plutôt spontané ?

C’est plutôt spontané. Le processus se rapproche de l’écriture automatique : des phrases jaillissent et j’essaie de les associer en fonction de leur cohérence. Je m’inspire principalement des images que j’ai à l’esprit, qui ne sont pas forcément très originales, mais souvent abstraites.

Plus jeune, ma perception du passé était à rapprocher d’une grille de lecture comme celle de René Guénon, qui a notamment décrit notre époque comme celle du Kali Yuga : la perte d’un âge d’or dans une longue chute jusqu’à la décadence actuelle. Je l’ai beaucoup lu à l’adolescence, mais ce n’est plus le cas maintenant, me sentant à des années lumières de ses délires franc-maçonniques et islamophiles, je suis bien trop matérialiste pour pouvoir y accorder encore de l’intérêt. Qu’est-ce qu’on s’en fout de la différence entre ésotérique et exotérique ? Autant lire Lovecraft.

Cet attrait pour les périodes anciennes est finalement moins une fuite qu’un soutien pour construire activement un futur qui me semble plus sain et cohérent. D’ailleurs, il n’y a pas que la sphère temporelle : on peut contempler notre passé en observant des humains modernes, mais dans d’autres espaces. Les livres de Pierre Clastres sur les Guayakis sont fascinants à ce sujet.

En fait, c’est moins le passé que l’intemporel qui m’intéresse, j’espère trouver dedans les socles immuables qui permettent de vivre en harmonie avec le monde. Il n’y a pas vraiment d’idées réactionnaires : le réactionnaire pense qu’on peut revenir à un état antérieur. Je suis de ceux qui disent que l’histoire ne repasse pas les plats.

 Quels seraient tes points d’ancrage, par conséquent ?

Mes paroles ont souvent trait aux ancêtres : « Oldborn », par exemple. C’est assez proche d’une des théories de Varg Vikernes et de sa femme : dans certaines civilisations anciennes, les enfants allaient dans les tombes de leurs ancêtres à l’âge de sept ans afin d’y récupérer leur tête et se réincarner en eux. C’était un moyen de se réapproprier leur savoir et leurs exploits. J’avais beaucoup apprécié cette théorie. Je suis fasciné depuis toujours par les mégalithes, ils sont une source d’inspiration et un formidable tremplin pour l’imagination.

Je cherche à montrer que je me réfère à ce qu’auraient fait mes ancêtres. Si je suis là aujourd’hui, c’est parce qu’ils ont fait des choix orientés vers la stabilité ayant permis de perpétuer une espèce et une lignée. Dans ce monde actuel où il y a comme une ode à la stérilité, j’ai besoin de me rattacher aux liens du sang et d’essayer de les faire remonter le plus loin possible, tout en ajoutant des branches à l’arbre dont je suis issu.

Pourquoi avoir baptisé l’opus Solstices ? Un nom cette fois-ci transparent en anglais comme en français.

C’est en rapport avec ma naissance. Étant né dans la nuit du 20 au 21 décembre, je me considère un peu comme un enfant du solstice. J’ai beau être inspiré par des ambiances naturelles hivernales et froides, j’assume aussi un côté assez lumineux. Les solstices correspondent à la fois à l’été et à l’hiver. Ils illustrent bien les contrastes qu’il peut y avoir dans ma musique et dans ce que j’essaye de décrire.

J’étais aussi intriguée par le « part III » de « Tongueless ».
J’ai composé d’autres parties pour ce titre et je voulais qu’il y ait des rappels de riffs, tout simplement. Je cherchais à obtenir un résultat plus étendu, mais c’est cette partie que j’ai terminé en premier.

 

Où sont les parties I et II, alors ?
Dans ma tête et sur mon ordinateur. C’est aussi un hommage à Misanthropic Alchemy de Ramesses, qui contient les parties 1 et 3 d’un titre éponyme, mais pas la deuxième. Lurker of Chalice a également sorti le titre « This Blood Falls as Mortal part III » sur leur album éponyme, mais jamais la première ou la deuxième partie.

 

 

 

Tu as un bagage musical diversifié : Cowards, Eibon, Colossus of Destiny et membre live à la basse pour Glorior Belli en 2009 et 2010. Quel rôle cela a-t-il joué dans la naissance d’Heaume Mortal ?

Je ne trouve pas que ça soit si diversifié que ça, ça reste du metal ! Après la sortie de l’album II, nous  nous sommes séparé de Max, le guitariste principal d’Eibon. On a alors voulu fonder un nouveau groupe. Je me suis retrouvé seul guitariste et j’ai commencé à composer ce qui allait devenir les morceaux de Solstices. Jérôme et Stéphane, deux membres d’Eibon, avaient d’autres impératifs et l’activité du groupe s’est fortement ralentie. J’ai fini par me retrouver seul avec mes démos.

Ces morceaux n’étaient pas assez proches du style de Cowards pour les insérer dans la set-list. Jusqu’en février 2018, je les travaillais dans mon coin. J’ai parfois passé de longues périodes sans les écouter du tout, puis j’y revenais. À un moment, en 2018, on ne pouvait plus répéter ni faire de concerts avec Cowards. C’est à cette période que j’ai demandé à Jordan, ancien batteur live de Cowards, s’il serait intéressé pour collaborer avec moi sur ces morceaux. On a tout de suite pris rendez-vous avec Francis, du Studio Saint-Marthe, et on a eu un mois pour répéter avant l’enregistrement. J’ai écrit les paroles pendant ce laps de temps et j’ai demandé à Julien, chanteur de Cowards, s’il voulait s’occuper des vocaux. On a improvisé les lignes de chant directement sur la musique lors de l’enregistrement. Après les avoir écouté pendant des années sans penser au chant, c’était assez particulier, mais je suis aujourd’hui très content du résultat final.

 

 

Du coup, comment présenterais-tu le style d’Heaume Mortal ?

Je n’avais pas de style précis en tête en fondant Heaume Mortal, c’est venu naturellement. J’ai appris à jouer de la guitare dans Eibon. Je me suis imprégné du style et de la structure des morceaux de ce groupe. C’est l’une de mes formations préférées et je suis fier d’y avoir contribué. Les autres membres sont plus âgés que moi et j’ai appris énormément à leur contact. J’ai découvert leurs influences musicales : les bandes-son de films italiens comme Goblin ou Fabio Frizzi, du rock prog avec Anekdoten, ou même des vieux groupes de death metal et de hardcore.

On a tendance à oublier qu’auparavant les styles n’étaient pas aussi cloisonnés qu’actuellement. Il y avait un magma général dans lequel des groupes très diversifiés s’influençaient avant que des chapelles ne se bâtissent et se ferment. Néanmoins, pas mal de gens de ma génération ont écouté de tout et font à nouveau des mélanges. Ils rouvrent des barrières entre les genres et produisent des opus qu’on ne pourrait pas vraiment catégoriser. Ils ne sont pas originaux pour autant, mais tant mieux : la course à l’originalité mène à l’art contemporain, qui est globalement de la merde. L’originalité devient une fin en soi et les émotions disparaissent. D’un autre côté, jouer les mêmes rengaines qu’il y a dix ou vingt ans, avec les mêmes riffs et les mêmes structures, n’a pas grand intérêt non plus. Tout a été déjà fait.

Pour répondre plus directement à ta question, disons juste : une tentative de composer du black metal avec une guitare accordée en LA ?

Francis Caste, du Studio Sainte-Marthe à Paris, s’est occupé de l’enregistrement, du mix et mastering. Comment s’est déroulée votre collaboration ?
Toutes mes précédentes collaborations avec Francis se sont très bien passées, ça fait 8 ou 9 disques que nous travaillons ensemble. C’était donc naturel de retourner chez lui. J’aime sa faculté à chercher à tout prix à comprendre ce que tu veux et d’arriver à retranscrire sous forme de sons les concepts ou les mots-clefs qui lui sont présentés. On lui dit « plus de forêt », « plus d’hiver »,  « moins américain » et il arrive à faire des réglages qui retranscrivent ce qui est voulu. En outre, il veut perpétuellement expérimenter, ce qui nous a permis de faire divers tests, de sortir de nos habitudes. Sur « Tongueless », on a par exemple joué avec des samples enregistrés sur mon lieu de travail. C’est ce qui donne ces bruits de mécanique mal huilée, un peu comme dans le morceau « Wheel of pain », de Basil Poledouris, dans la bande originale de Conan le Barbare de John Milius, pendant la scène où Conan jeune est un esclave contraint de pousser une roue. C’est un morceau qui m’a marqué quand j’étais jeune, je me souviens marcher en direction du lycée pour passer le bac avec ce disque dans les oreilles.

 

Et comment en es-tu venu à travailler avec Les Acteurs de l’Ombre Productions ?

J’ai contacté Gérald par e-mail en lui envoyant les morceaux et il m’a répondu positivement. J’avais entendu de bons échos sur la manière de travailler de LADLO et je n’ai pas été déçu par le dévouement des bénévoles qui font tout pour que chaque sortie se passe dans les meilleures conditions.

D’autres labels étaient intéressés mais ne voulaient pas d’un disque avec le nom de Burzum dessus.

Pourquoi avoir retenu « Yesteryears », première piste de l’album, pour annoncer celui-ci ?
C’est le label qui a choisi « Yesteryears ». J’aurais plutôt commencé par « Tongueless », mais elle a finalement été le second morceau de présentation de Solstices. À vrai dire, j’ai même été surpris que le label rende public un second morceau, mais c’est tout aussi bien que le travail de promotion se fasse sans moi. Je ne suis pas très à l’aise là-dedans.

 

 Quels retours as-tu eu à propos de cet avant-goût ?
J’ai l’impression que le réseau de connaissances fourni de Julien, le chanteur, a beaucoup aidé. (rires). Je n’ai pas fait de communication particulièrement approfondie en dehors de mon petit cercle d’amis, je ne suis pas un fanatique des réseaux sociaux. Les commentaires sur la vidéo postée sur Youtube sont globalement positifs. C’est bon pour l’ego, mais j’aime bien ceux qui osent être des détracteurs, aussi.

Je ne suis pas à l’affût des réactions et je n’accorde pas spécialement d’importance aux chroniques, même si encore une fois c’est agréable de lire des compliments et ça fait esquisser un sourire de parcourir une chronique négative. Mais dès qu’un disque est sorti, il ne t’appartient plus. Si les gens ne l’interprètent pas, ne parviennent pas à l’extraire des ambiances que tu as voulu distiller, soit le musicien a mal fait son travail, soit les auditeurs ne sont pas réceptifs. Je fais de la musique pour moi. J’ai écouté ce disque plusieurs fois par jour à certaines périodes, car je joue les morceaux que j’ai envie d’entendre. C’est le leitmotiv pour tous les groupes dans lesquels j’ai été actif : se faire plaisir en écoutant ses propres chansons. Jamais je ne sortirai un disque que j’ai pas envie d’écouter. Ça n’aurait aucun sens.

Une partie du tableau « Thomyris et Cyrus » de Gustave Moreau orne la cover et une autre le CD. Pourquoi cette peinture ?
Je n’avais pas envie de faire appel à une personne extérieure, car je n’avais pas de demande précise ni le budget adapté. Nous avons élaboré la pochette avec Julien, qui est un bon graphiste. J’avais cette peinture en tête depuis longtemps. Elle dégage un certain pessimisme avec ce gouffre qui semble s’enfoncer dans les entrailles de la terre, tout en constituant une symétrie assez esthétique. Les couleurs chaudes et ocres lui confèrent par ailleurs un aspect terreux. La crête hivernale correspond quant à elle au versant black metal de par son caractère intemporel et glacial. Enfin, le côté abstrait va bien avec les images que j’ai à l’esprit. Je ne voulais pas une cover trop figurative, ce qui explique pourquoi nous n’avons retenu que la partie droite du tableau pour la pochette et pas celle avec les personnages.

 

Qu’en est-il du logo ?
J’en ai dessiné quelques-uns, mais Julien ne les appréciait pas du tout. Il faut dire que je ne sais pas dessiner ! Par la suite, il m’en a fallu un pour commencer à promouvoir Heaume Mortal. J’ai utilisé des polices qui me plaisaient, tout simplement. Honnêtement, les aspects qui ne relèvent pas de la musique m’ennuient. C’était nécessaire de le faire, mais « l’emballage » ne m’intéresse pas. Cependant, j’ai quand même envie que le résultat me ressemble, donc je dois m’investir aussi dans cette partie du processus.

 

Solstices contient une cover de « Erblicket die Tochter des Firmament » de Burzum. Pourquoi avoir choisi de reprendre ce morceau en particulier ?
J’aime son côté mid-tempo assez catchy et je trouvais qu’il allait bien se prêter aux ralentissements. On avait commencé à travailler sur ce morceau avec Jérôme et Stéphane d’Eibon. Je suis assez fier d’avoir transformé le riff de fin en le passant en note à note tout en conservant la rythmique. Je pense m’être assez approprié ce morceau pour aboutir à un résultat intéressant. Je trouve qu’il n’y a aucun intérêt à faire une reprise qui copie l’original note à note, au même tempo, etc.

Burzum est l’un des groupes qui m’ont le plus influencé. Je suis intéressé par la personnalité de Varg Vikernes. J’apprécie ses livres et je partage quelques-uns de ses centres d’intérêt, assez clichés il faut l’avouer : les jeux de rôles, l’âge du bronze, les runes, Iron Maiden, etc. Son mode de vie est aussi assez proche de ce à quoi j’aspire. J’habite à moitié à Paris et à moitié à la campagne, où je m’intéresse comme lui à la permaculture, aux pratiques de nos ancêtres. Cela me semblait donc évident de faire une reprise de Burzum pour me l’approprier, parler de cet héritage quotidien et musical.

 

Heaume Mortal est-il un projet de studio ou viendra-t-il fouler la scène un jour ?
Aucun concert n’est prévu, a priori. Comme je ne suis pas un fan de concerts, il est hors de question que je joue juste « pour jouer ». Quitte à en faire, autant qu’ils soient les meilleurs possible. Or,  pour faire de la qualité, il faut aussi passer par de la quantité. Je n’ai pas la moindre envie de passer du temps à faire de la quantité jusqu’à avoir un ingé son et un ingé light rôdés ainsi qu’un set garantissant de bons concerts.

Quand je compose, je ne me pose aucune question technique en rapport avec la scène. « Yesteryears » contient par exemple un long blast que peu de batteurs arriveraient à reproduire sur scène tout en jouant les parties lentes avec suffisamment de groove. Par conséquent, je préférerais que ce projet reste en studio.

As-tu déjà des projets pour l’avenir d’Heaume Mortal ?
Je ne me ferme aucune porte stylistique. Je suis assez fan de dungeon synth et j’aimerais bien réaliser un opus exclusivement avec un synthé et des samples.
Je pense avoir déjà amplement dépassé mes objectifs musicaux d’adolescent : avec Eibon et Cowards, nous avons fait des tournées, de relativement gros concerts et sortis des disques dont nous sommes fiers. Je considère mes projets actuels comme un bonus parallèle à ma vie personnelle. Je n’arrêterai pas la musique, mais je manque souvent de temps libre pour travailler sur des albums, bien que ce ne soit pas l’envie qui manque.