fbpx
Select Page

French version below

“Blurr Thrower is a weapon with its barrel pointed at yourself.

This is a self-destructive work before being a universal one.”

With the Avatars du Vide (Avatars of the Void) Blurr Thrower offers us a crepuscular black metal where the mind oscillates between pain and transcendence. Its creator reveals a bit more about this mysterious solo project and his first EP.

Blurr Thrower was founded in 2014, but there’s little information available about it. Can you tell us more about your project?
It was created at a time when I was writing a lot in prose about philosophical and metaphysical concepts. With alcohol and other substances, I had some sort of flash that materialized some sensations. It was a very powerful and emotional experience, thanks to which the concepts I wanted to approach, the music I wanted to compose and the pictures I wanted to illustrate materialized almost immediately. Summarizing all of this was my goal, not releasing an album or sharing a work. I felt the need to be heard and to show my creation to others much later.

Was any “revelation” between 2014 and 2018 that made you willing to share your songs with listeners?
Les Avatars du Vide is the result of 4 years of work, of composing, of writing, of taking pictures. I considered it as finished in 2018 since I was sick of it and couldn’t work on it anymore at that time.

Where does the name of the “Avatars du Vide” come from?
The Avatars du Vide is a concept about which I’ve been thinking before founding BT. They are the components of the Void I try to conceptualize, which is made of sensations and feelings. This notion has been resonating in me since childhood; it hasn’t appeared after creating BT.

Par-Delà les Aubes and Silences last 18 and 17 minutes each. Why choosing to compose long pieces of music?
To me, this format is not rare in black metal. Take Paramnesia, Ash Borer or Altar of Plagues for instance, and Burzum was already making 14-minute long songs in the 90s.
I like the idea of a song that takes a long time building up and duration is really matters to me. It makes the song progress and allow you to bring variations in it. This process is quite similar to Minimal’s work or to a post-rock approach, I think, like Mogwai or Godspeed you! Black Emperor. I will probably keep working on such long songs. I’d rather put four 5-minute long songs together in a consistent way than separate them in distinctive tracks.
This two or four-track logic also originates from vinyl format, which I enjoy very much.

How did you structure your work on these two songs?
They are very different. Par-Delà les Aubes was very intellectualized. I’ve listened to it hundreds of times trying to reach the most consistent and efficient result emotionally speaking. It was composed piece by piece with various reassessments, deletions and changes.
Silences was composed very quickly: three months against more or less three years working on Par-Delà les Aubes! Silences is much more personal where Par-Delà les Aubes may be more intellectual because of its subject.

Does Silences originates from a need to compose in a more spontaneous way after working on Par-Delà les Aubes?
It wasn’t planned this way but three years of work on Par-Delà les Aubes during which I’ve been diving into the most painful or unbearable failures, sufferings and fears, probably resulted in Silences. In some way, Silences is the deep-rooted scream coming from Par-Delà les Aubes’ nihilism – just like a panic attack or a post-traumatic stress.

The Avatars du Vide gives a feeling of consistency though. How did you manage to reach a stylistic unity on this EP?
I’m not sure I’ve really reached this unity. I was completely devoted to a long-term endeavor. I knew what textures and scents I wanted for this EP. I had a very clear vision; it may explain a consistency feeling. I think I completed the process behind the Avatars du Vide.
At first, I intended to create one single track, and then I divided it in two songs due to logistical reasons: working on a 36-minute long piece was too tedious. I have no regret about this decision; each song has its own atmosphere and text.

How do you write the lyrics?
Since 2014 I’ve been writing many poems in order to enrich BT’s universe. I choose the one that fits the most the music. Combining music and lyrics is the last part, it occurs when both are ripe enough to consider this step. My poems have very different topics: some are part of a bright universe or linked to a specific context whereas others can be seen as some psychoanalytic unveiling. The Avatars du Vide are made of these two sides, each playing its part.

The lyrics bring often an individual voice into opposition with stupid masses, like a painfully lucid consciousness versus the ambient absurdity.
Illustrating oppositions is crucial in BT, which thrives on a fundamental tension between intimism and universalism. The Avatars du Vide’s lyrics, especially Par-Delà les Aubes’, try to reflect some kind of Nietzschian angst, a very brutal and nihilistic feeling. You do face masses but you understand eventually that you are always in the masses of someone else, that your existence has no special purpose. Blurr Thrower is a weapon with its barrel pointed at yourself. This is a self-destructive work before being a universal one.

This project has no elitist aspect to it. It’s not standing “outside and above a world we want to annihilate” to quote Les Chants de Maldoror (The Songs of Maldoror). On the contrary, it is aiming for everything and everyone because some of its themes are fundamental. Unlike some people from the scene who introduce themselves like an alternative elite overlooking plebeians without realizing they can be the first ones targeted by their pseudo-misanthropy, due to their incomplete nihilism, my project doesn’t aspire to hermetism at all.

So what is your relationship with the black metal scene?
I don’t belong to the community. I’d love to talk with other artists or persons whose actions, art or concepts touch me, but I’m not looking for a family or a clan.

As regards musical style, I like the idea of a toxic Art, like a vitriol shot. It’s no catharsis, on the contrary, it’s frontal violence against the listeners or oneself. Something that traps and hits you where it hurts, like Silencer, Shining or Diapsiquir do. Thurifers coming from something atmospheric, transcendental, ethereal and mystical. Alternating between light and some sort of shadows. Something that is felt before being heard. When it comes to brutality and releasing violence, I feel much closer to other styles: rap and punk music, for instance, with their very vibrating and warm aspect.

Ep’s title and lyrics are written in French. Why choosing an English name?
Once again it originates from this opposition between intimism and universalism. Writing in French matters to me and the authors I love are French. An English name reflects some kind of universalism however, an openness to the world. Blurr Thrower is based on the concepts of Void and Blur, an essential opposition between a lethargy a bit mortuary towards an abrupt change, whatever its nature is: chemical, social, etc. Therefore, it is the introduction of an alteration in a shitty world where you are lonely and cannot breathe. In French, I translate Blurr Thrower literally by “jeteur de flou”, the one who will make the picture indecipherable due to a new distance, a change, who triggers a motion. It could be compared to a person getting out of depression.

In which sources, literary or not, do you find inspiration?
First and obviously in Baudelaire’s work. Especially regarding the concept of spleen, which is essential. Nietzsche, Verlaine, Lovecraft, Edgar Poe, Bataille and Artaud’s letters, especially as it comes to the concept of Void, too. I am as much inspired by reading as I am by music. BT is a very literary project. I even wondered if I was going to publish a book or release a CD.

Regarding graphic arts I really like the works of Antoine D’agata, Takashi Homma or Vladimir Velickovic. Aiming at “leaving a scar in the memory of the spectator” is a fascinating ambition. I think my approach is similar to his, even if I am not as gifted and high-leveled.

To me Blurr Thrower’s music is a mix between the occultism and the pain of the French scene from the 90’s and 2000’s, with some of the ether of the US scene. It contains a Scandinavian touch too, obviously. I also like some current bands like Black Cilice, Paramnesia, Time Lurker, Pénitence Onirique, Ayyur or Rance very much. Today’s scene is very rich. Contributions from other styles matter too: The Acid’s mannerism or Religious Knives’ throbbing feelings, among others, played a great part into the Avatars du Vide’s genesis.

How did you record this EP?
The technical part is not especially interesting. I don’t have the necessary skills to do everything myself, even if doing so was essential to the intimism process behind this EP. I won’t ever proceed like this again. It was extremely difficult because various steps required various professional skills.
I did almost everything at home, except recording the voice. I did one shot for each song in a rehearsal room and recorded them once again in symbolic places, which had no added value from a technical point of view. It even complicated my work. I would like to have the opportunity to sing in places with a special atmosphere. The Catacombs of Paris, for instance.

 

 

 

 

 

You released the Avatars du Vide on your bandcamp at the beginning of July 2018. Why did you do so?
I was just finished recording the voice at that time and I was really hitting the bottom. The lethargy and depression caused by the Avatars du Vide grew on and on until reaching extreme anxiety and angst, until having panic attacks worsened by my solitude. I had to give birth to this work and I did so quite impulsively by releasing the EP on my bandcamp with an artwork I made immediately afterwards.

Nobody had ever listened to the Avatars du Vide at that point, so letting an almost psychoanalytic work lost like this, without any outside perspective or without taking any step backwards to assess its value, was incredibly brutal. It was followed by a long period of confusion during which I was looking closely at people’s reaction on the Internet. I was relieved to see that the first review was positive and its author has understood my point. Unlike many artists who don’t care about the way their music is going to be welcomed, opinions of others matter to me. I want other people to understand the atmosphere I’m trying to create, without having to like it absolutely.

Are you looking for some form of acknowledgement?
It could be, it corresponds to the theme of a poem called the Auditorium Désaffecté and of Silences. Maybe there is a need to be heard, to create musical and emotional connections; to make someone really feels something.

Where does the picture of the original artwork come from?
It was shot in a very powerful environment where I recorded my voice. This place symbolizes the absolute void. This specific element may therefore be seen as cathartic.

The Avatars du Vide’s cover is very sober while being decorated with many symbols. How did you came out to this with the help of Cäme Roy de Rat?
We needed an artwork as quickly as possible so I contacted Cäme. I gave him the songs and a booklet containing the lyrics and explanations about some important notions for the EP, but he was given free rein. He was so dedicated he typed during one whole night on an old typewriter he picked up urgently and made real ink stains. It explains the dusty and handmade aspect of this artwork. He elaborated the artwork incredibly fast and I think it embodies his own perception of the EP. We just had to do some changes and to talk about the symbols.

Does every symbol have a special meaning or were some of them chosen for esthetic reasons?
All the symbols have a important signification. Some are more obvious than others, but they are all about the concepts of Void and Blur, about an angst and an occult aspect. The mix made by Cäme translates perfectly the spirit of the album. I’m proud to have worked with him.

How has your collaboration with Les Acteurs de l’Ombre Productions begun?
I discovered the label two years ago thanks to Time Lurker’s release and I immediately felt close to LADLO’s philosophy. After releasing the EP and hesitating for a long time, I sent an email to Gérald to offer him to work together. I harassed the team with emails after that. LADLO is the only label I got in touch with, by the way. Gérald answered later, at a point where I did not believe in it anymore. He wanted to know more and I spent two days writing the most comprehensive answer I could think of. This message was very personal; I really put my guts into it. His positive answer marked the end of the Avatars du Vide’s process. I was moved much deeper by his confirmation than by seeing the actual CD, even if the release of the physical support touched me too.

Do you play in other bands or do you dedicate yourself to Blurr Thrower?
I’ve always been active in various projects and I’ve realized early that it was difficult for me to work with others as soon as I get involved artistically in a project. Collaborating with people having different ambitions and concepts in mind almost “spoils” my own vision. I have a post-punk rock project with a friend though. I think we’ll keep on working on it forever, but we’ll keep it for us. It’s not meant to produce an album and has only little to do with BT.

Have you any preference for an instrument in particular?
I love how drums sound but singing, bass and guitar have also their own touch, appeal, shades and organic textures. I find piano or brass instruments for instance are more limited than these are. Vocals are very peculiar, singing is exhausting and I’m not in favor of applying any singing technique in black metal. Then, you just sing until it hurts.

Are you considering recruiting other musicians to give concerts one day?
To me, black metal is one of the few musical styles that are not necessarily suitable for the live aspect. Some important bands have never played in live. Therefore, this style has always had a quite strange relationship with concerts. Initially BT is just me playing live with very limited means and recording the result on tapes. Many solutions are available when you want to give concerts and I’m interested in this subject but BT is not ready yet. I’d like to give concerts in a scenery different from usual black metal context, in a special or illegal place that will resonate with my music. It aligns with my vocal recording process.

What are your plans for the future?
I got in touch with the label sincerely believing the next chapter would be released quickly afterwards. However when I listened to it I realized it was very close to the Avatars du Vide and not mature enough to be interesting. I’d like to formulate a different answer to my first EP. Something brighter, more translucent, that would derive more deeply from the Blurr. I have many concepts to put in order and to formalize, even though I’m always composing.
I have different perspectives in mind: working on a “symphonic” project taking a rich and flamboyant style, just like Emperor, as well as on a deeply putrid and transcendental project with heavy blast beats and distant screams.

Would you like to keep a black metal basis to convey your emotions and concepts?
Today black metal is the musical medium I can relate the most closely to because of its mysticism and its corrosive aspect. I have no problem with experimenting with very different elements at the same time though. I think several parts of the Avatars du Vide sound post-rock, especially in Par-Delà les Aubes.
BT could eventually turn into something completely different and follow a more minimalist or post-punk direction. I stay open-minded, I love many different styles and lots of them could fit into Blurr Thrower’s universe.

Do you think black metal provides a fecund ground for experimenting?
Despite the architects of this style, the Black metal remains a very traditional scene. No wonder that a band like Deathspell Omega shook so brutally an audience that has been listening to Darkthrone-like riffs played repeatedly for years. There are very few bands able to transcend this genre, to lead it to a completely different path while retaining the same violence and occult side, like Blut aus Nord for instance. Black metal remains quite conservative and sanctified by its community and I’m no exception, not at all. This style tends to refuse innovations and this for so long: Emperor’s keyboards were not welcomed warmly, to say the least. Blurr Thrower is no exception to the rule and I don’t claim it’s an innovative project. In the end, BT is just some version of Burzum that would have matured.
The major noticeable change lies in the fact that this scene is leaving its morbid language and its taste for lo-fi music and is seeking for a production as perfect and meticulous as possible. I’m less convinced by this approach. I think it’s breaking up with the organic and dusty aspect of the style I love so much, even though numerous bands are still watching over it outstandingly.

Face to face interview by Petite Ciguë

FRENCH VERSION:

“Blurr Thrower est une arme à feu dont le canon est braqué vers soi-même. C’est une œuvre autodestructrice avant d’être globale.”

À travers les Avatars du Vide, Blurr Thrower nous propose un black metal crépusculaire où l’esprit oscille entre transcendance et souffrance. Son fondateur nous en révèle un peu plus sur ce mystérieux projet solo et ce tout premier EP.

Blurr Thrower a été fondé en 2014, mais on trouve assez peu d’informations à son sujet. Peux-tu nous en dire plus sur ce projet ?
Il est né à un moment où j’écrivais beaucoup sur des concepts philosophiques et métaphysiques par la prose. Avec l’alcool et d’autres substances, j’ai ressenti une espèce de fulgurance qui a cristallisé certaines sensations. C’était une expérience émotionnelle très puissante grâce à laquelle les concepts que je voulais aborder, la musique que je voulais écrire et les images que je voulais illustrer se sont concrétisés presque immédiatement. Je n’avais pas pour objectif de sortir un album et de partager une œuvre, mais de synthétiser une vision. Le besoin de faire entendre et de montrer s’est fait ressentir bien plus tard.

Un déclic particulier s’est-il produit entre 2014 et 2018 pour que tu veuilles partager tes morceaux avec des auditeurs ?
Les Avatars du Vide sont la résultante de 4 ans de travail de composition, d’écriture et de photographie que je considérais comme terminé en 2018, dans la mesure où je n’en pouvais plus et je n’arrivais plus à bosser dessus.

D’où vient le nom des Avatars du Vide ?
Les Avatars du Vide est un concept auquel je pensais déjà avant la naissance de BT. Il s’agit des composantes du Vide que je tente de conceptualiser, constitué de sensations et de sentiments. Cette notion me parle depuis l’enfance, elle n’est pas postérieure à la fondation de BT.

Par-Delà les Aubes et Silences durent respectivement plus de 18 et 17 minutes. Pourquoi avoir choisi des durées étendues ?
Pour moi, ce format n’est pas vraiment « exotique » dans le black metal. On peut citer Paramnesia, Ash Borer ou Altar of Plagues et Burzum réalisait déjà des morceaux de 14 minutes dans les années 1990.
J’aime l’idée d’un morceau prenant beaucoup de temps pour se construire et j’attache une grande importance à la durée. Elle alimente une progression et permet d’amener des variations. C’est une démarche assez similaire à la Minimal ou au post-rock, je pense, à la Mogwai ou à la Godspeed you! Black Emperor. Il est probable que je continue sous ce format-là, je préférerais assembler quatre morceaux de cinq minutes de façon cohérente plutôt que de les séparer en pistes distinctes.
La logique de deux ou quatre pistes m’évoque aussi celle des vinyles, dont je suis grand amateur.

Comment as-tu articulé ton travail sur ces deux morceaux ?
Les deux morceaux sont très différents. Par-Delà les Aubes a été très intellectualisé. Je l’ai écouté des centaines de fois pour tenter d’obtenir le résultat le plus cohérent et efficace sur le plan émotionnel. La composition s’est faite petit à petit, émaillée de diverses remises en question, suppressions et modifications.
Silences a été composé très rapidement : trois mois contre trois ans environ pour Par-Delà les Aube ! Silences est bien plus intime alors que Par-Delà les Aubes est peut-être plus intellectuel en raison de son thème.

Silences provient-t-il d’un besoin de composer plus spontanément après Par-Delà les Aubes ?
Ce n’était pas prévu, mais Silences est probablement la résultante de trois années de travail sur Par-Delà les Aubes, dans lesquelles je me suis immergé dans les failles, les douleurs et les angoisses les plus vives ou les plus lourdes. D’une certaine manière, Silences est le hurlement viscéral découchant du nihilisme de Par-Delà les Aubes. Comme une crise d’angoisse ou une attaque de panique post-traumatique.

Les Avatars du Vide dégage cependant une impression de cohérence. Comment es-tu parvenu à une unité stylistique sur l’EP ?
Je ne sais pas si j’y suis vraiment arrivé. Ce fut un travail de longue haleine dans lequel je me suis complètement immergé. Je savais quelles textures et quels parfums je voulais pour l’EP. Ma vision était très claire, ce qui explique peut-être une certaine impression de cohérence. Je pense avoir été au bout de ma démarche sur les Avatars du Vide.
À l’origine, je ne voulais faire qu’une piste. Je l’ai séparée en deux parties pour des raisons logistiques, c’était trop fastidieux de travailler sur un morceaux de 36 minutes. Je ne regrette pas du tout cette décision : chaque chanson possède son atmosphère et son texte.

Comment se déroule l’écriture des paroles ?
J’écris énormément de poèmes dans l’optique d’alimenter l’univers de BT depuis 2014. Je choisis le poème qui sied le mieux au morceau. L’association avec la musique a lieu au dernier moment, lorsque les deux sont suffisamment matures pour se poser la question. Mes poèmes abordent des thèmes très différents : certains s’inscrivent dans un univers lumineux ou sont très contextuels, quand d’autres peuvent constituer une mise à nue psychanalytique. Les Avatars du Vide se composent de ces deux facettes, de façon respective.

Les paroles opposent souvent la voix d’une individualité environnée d’une masse stupide, comme une conscience douloureusement aiguisée face à l’absurdité ambiante.
Illustrer les oppositions est fondamental dans BT, qui entretient une tension essentielle entre intimisme et universalisme. Les textes des Avatars du Vide, notamment celui de Par-Delà les Aubes, essaient de traduire une espèce de mal-être nietzschéen, un ressenti très brutal et nihiliste. On se retrouve certes face à une foule, mais on finit par comprendre qu’on est toujours la foule de quelqu’un d’autre, que l’on n’existe pour rien. Blurr Thrower est une arme à feu dont le canon est braqué vers soi-même. C’est une œuvre autodestructrice avant d’être globale.

C’est donc un projet qui n’a rien d’élitiste. Il n’est pas « en marge et au-dessus d’un monde que nous voulons annihiler », pour citer Les Chants de Maldoror. Il se veut au contraire universel et contre tous, du fait de certains thèmes fondamentaux. Il n’y a aucune volonté d’hermétisme, à l’opposé de ceux, parmi la scène, qui se présentent comme une élite alternative face à la plèbe, sans s’apercevoir qu’ils sont les premiers à pouvoir être pris pour cible par leur pseudo-misanthropie, par un nihilisme partiel.

Comment te situes-tu par rapport au black metal, du coup ?
Par rapport à la communauté, absolument nulle part. J’adorerais échanger avec d’autres artistes ou individus qui me touchent par leurs actions, leur art ou leurs concepts, mais je ne recherche pas une famille ou un clan.

Par rapport au style musical, j’aime l’idée d’un Art toxique, apparenté à un shoot de vitriol que l’on s’injecte. Qui n’a rien d’une catharsis, mais au contraire d’une violence frontale envers son public ou soi-même. Qui renferme et frappe ou ça fait mal, à l’instar d’un Silencer, d’un Shining ou d’un Diapsiquir. Des thuriféraires de quelque chose d’à la fois atmosphérique, transcendantal, éthéré et mystique, variant entre la lumière et une forme de ténèbres, qui se ressent avant de s’écouter. Concernant la brutalité et le défouloir, d’autres styles me parlent bien plus : le rap et le punk, par exemple, à travers leur côté très vibrant et chaud.

Le titre de l’EP et ses paroles sont en français. Pourquoi avoir choisi un nom en anglais ?
Cela découle encore de cette opposition entre intimisme et universalisme. Cela compte pour moi d’écrire en français et les auteurs que j’aime sont français. Cependant, un nom anglais reflète une espèce d’universalisme, d’ouverture au monde. « Blurr Thrower » s’appuie sur les concepts de Vide et de Flou, une opposition essentielle entre une léthargie un peu mortuaire face à un changement brutal, qui peut être de n’importe quelle nature : chimique, sociale, etc. C’est donc l’initiation d’une altération dans un monde merdique où on est seul et incapable de respirer. Je traduis « Blurr Thrower » littéralement par « jeteur de flou », celui qui va rendre la photographie illisible en raison d’une nouvelle distance, d’un changement, celui qui va initier un mouvement. On pourrait comparer cela à une personne qui sortirait de dépression.

Quelles sont tes sources d’inspirations, littéraires ou non ?
Tout d’abord et évidement, Baudelaire. Notamment au niveau du Spleen, qui est un concept fondamental. Il y aussi Nietzsche, Verlaine, Lovecraft, Edgar Poe, Bataille et les lettres d’Artaud, particulièrement pour le concept de Vide. La lecture m’est aussi importante que la musique pour trouver l’inspiration. BT est un projet très littéraire, je me suis d’ailleurs demandé si j’allais sortir un livre ou disque.

Graphiquement, j’aime beaucoup les travaux d’Antoine D’agata, de Takashi Homma ou de Vladimir Velickovic, tout comme son discours. Avoir l’ambition de « laisser une cicatrice dans la mémoire du spectateur » est passionnante. Je pense que ma démarche, bien que d’un talent et d’un niveau beaucoup plus modestes, est similaire.

Musicalement, Blurr Thrower est pour moi un mix entre l’occulte et la douleur de la scène française des années 90 et 2000, avec l’éther de la scène US. Il y a évidemment quelques touches scandinaves. Enfin, j’apprécie beaucoup certains groupes actuels, comme Black Cilice, Paramnesia, Time Lurker, Pénitence Onirique, Ayyur ou Rance. La scène est très riche aujourd’hui. L’apport d’œuvres issues d’autres styles est aussi très important : le maniérisme de The Acid ou le côté lancinant de Religious Knives, entre autres, a largement contribué aux Avatars du Vide.

Comment s’est passé l’enregistrement ?
L’aspect technique n’est pas le plus intéressant. Je n’ai pas les compétences nécessaires pour tout faire tout seul, même si c’était essentiel dans la perspective intimiste de cet EP. Je ne procéderai plus jamais de cette manière. C’était extrêmement difficile car différentes étapes impliquent différents métiers.
J’ai pratiquement tout fait chez moi, sauf les vocaux. Je les ai enregistré en une prise dans une salle de répétition et des doubles ont été réalisés dans d’autres endroits symboliques, qui n’avaient aucune valeur ajoutée d’un point de vue technique. Cette étape m’a au contraire compliqué la tâche. J’aimerais pouvoir chanter dans des lieux dotés d’une aura particulière. Les Catacombes, par exemple.

 

 

 

 

 

Tu as sorti Les Avatars du Vide sur ton bandcamp au début du mois de juillet 2018. Pourquoi avoir procédé ainsi ?
Je venais de boucler les vocaux et je touchais vraiment le fond. La léthargie, la dépression provoquée par les Avatars du Vide a été crescendo jusqu’à atteindre un pic d’anxiété, d’angoisse, jusqu’à des crises de paniques alimentées par la solitude. Il fallait absolument que j’accouche de l’œuvre et je l’ai fait sans trop réfléchir, en mettant l’EP à disposition sur le bandcamp avec un artwork que j’avais conçu dans la foulée.

Personne n’avait jamais écouté les Avatars du Vide à ce moment, alors lâcher ainsi un produit pratiquement psychanalytique sans aucun avis extérieur ou recul pour en évaluer l’intérêt, c’était incroyablement brutal. Il y a eu une grosse période de flottement où je suivais de très près les réactions sur Internet. Cela m’a soulagé de lire que la première chronique était positive et que son auteur comprenait mon projet. Contrairement à beaucoup d’artistes qui se fichent de la manière dont leur musique va être reçue, l’avis des autres m’est extrêmement important. Je veux qu’ils comprennent l’ambiance que j’essaie de créer, sans forcément l’apprécier pour autant.

Tu cherches une forme de reconnaissance ?
C’est possible, ça rejoint le thème du poème l’Auditorium désaffecté et de Silences. Il y a peut-être un besoin d’être entendu. Créer des connexions musicales et émotionnelles, parvenir à faire vraiment ressentir quelque chose à quelqu’un.

D’où vient la photographie qui a servi d’artwork d’origine ?
C’est un environnement très fort dans lequel j’ai enregistré des vocaux. Cette zone symbolise le vide absolu. Peut-être que cet élément en particulier est cathartique, pour le coup.

La cover des Avatars du Vide est très sobre tout en étant ornée de multiples symboles. Comment s’est déroulée son élaboration avec Cäme Roy de Rat ?

Nous avions besoin d’un artwork en urgence et je me suis donc tourné vers Cäme. Je lui ai fourni les morceaux et un livret contenant les paroles ainsi que des explications sur certaines notions importantes pour l’EP, mais il a eu carte blanche. Il est allé jusqu’à taper toute une nuit sur une machine récupérée en urgence et il a fait de véritables taches d’encre, d’où ce côté poussiéreux et fait main. Il a conçu l’artwork à une vitesse spectaculaire et je pense qu’il concrétise son propre ressenti vis-à-vis de l’EP. Il y a simplement eu quelques ajustements et des discussions autour des symboles.

Sont-ils tous porteurs d’un sens ou certains ont-ils été choisis plutôt pour des raisons esthétiques ?
Tous les symboles ont une signification importante. Certains sont plus évidents que d’autres, mais ils tournent tous autour des concepts de Vide, de Flou, d’un mal-être et d’un aspect occulte. Ce mélange élaboré par Cäme reflète parfaitement l’esprit de l’album. Je suis très fier d’avoir collaboré avec lui.

Comment en es-tu venu à travailler avec Les Acteurs de l’Ombre ?
Il y a deux ans, j’ai connu le label grâce à la sortie de Time Lurker et la démarche générale de LADLO m’a tout de suite parlé. Après avoir sorti l’EP et longuement hésité, j’ai envoyé un mail à Gérald pour lui proposer BT. J’ai ensuite harcelé l’équipe de messages et c’est d’ailleurs le seul label que j’ai contacté. Gérald m’a répondu plus tard, à un moment où je n’y croyais plus vraiment. Il voulait en savoir plus et j’ai passé deux jours à rédiger la réponse la plus exhaustive possible. C’était un message très intime dans lequel j’ai mis mes tripes. Sa réponse positive a marqué l’achèvement du processus des Avatars du Vide. Cela m’a remué bien plus profondément que de voir le CD physique, même si cette concrétisation m’a touché aussi.

Joues-tu dans d’autres groupes ou te consacres-tu exclusivement à Blurr Thrower ?
J’ai toujours eu divers projets et je me suis rapidement rendu compte que j’avais du mal à travailler à plusieurs à partir du moment où je m’investis artistiquement. Collaborer avec des personnes nourrissant d’autres ambitions et aspirant à des concepts différents « pollue » presque ma vision personnelle. J’ai néanmoins un projet rock post-punk avec une amie. Je pense qu’on le développera sans jamais vraiment s’arrêter, mais en le gardant pour nous. Il n’a pas vocation à déboucher sur un album et n’a qu’un rapport extrêmement lointain avec BT.

As-tu un instrument de prédilection ?
J’adore les sonorités de la batterie, mais le chant, la basse et la guitare possèdent aussi leurs nuances, leur attrait, leurs couleurs et leurs textures organiques. Je trouve le piano ou les cuivres plus limités que ces instruments par exemple. Les vocaux sont très particuliers, c’est épuisant et je ne suis pas pour appliquer des techniques vocales dans le black metal. Du coup, tu chantes jusqu’à t’en faire mal.

Envisages-tu de recruter un jour un line-up pour la scène ?
Pour moi, le black metal est l’un des rares styles qui ne sont pas forcément adaptés à la dimension live. Certaines formations importantes n’ont jamais fait de scène. Du coup, ce style a toujours entretenu un rapport assez étrange vis-à-vis des concerts. À l’origine, BT c’est juste moi jouant live avec des moyens particulièrement limités, en enregistrant le tout sur cassette. Il existe beaucoup de solutions pour faire du live et je m’y intéresse, mais BT n’est pas prêt pour l’instant. J’aimerais faire des concerts dans un contexte différent d’un concert de black metal classique, dans un cadre particulier ou illégal qui sera en résonance avec la musique. Cela rejoint ma logique d’enregistrement des vocaux.

Quels sont tes projets pour l’avenir ?
J’ai approché le label en annonçant et croyant sincèrement que la suite verrait le jour rapidement. Cependant, je me suis rendu compte à la réécoute que cela restait très proche des Avatars du Vide et pas suffisamment mature pour être intéressant. J’aimerais bien élaborer une réponse différente à l’EP. Plus lumineuse, plus translucide, plus basée sur le Flou. J’ai beaucoup de concepts à hiérarchiser et à formaliser, même si je ne m’arrête jamais de composer.
Mes envies sont diverses : travailler aussi bien sur un projet « symphonique » avec un côté riche et flamboyant s’inspirant d’Emperor que sur un projet complètement putride et transcendantal avec du gros blast beat et des cris au loin.

Tu voudrais conserver une base black pour véhiculer tes émotions et tes concepts ?
Aujourd’hui, le black metal reste le medium qui me parle le plus, musicalement du fait de son mysticisme et de son aspect corrosif. Cependant, je peux tout à fait expérimenter des éléments très différents en parallèle. Je trouve qu’il y a plusieurs parties assez post-rock dans les Avatars du Vide, notamment dans Par-Delà les Aubes.
À terme, il est possible que BT se transforme complètement et prenne une direction plus minimale ou post-punk, par exemple. Je ne me ferme aucune porte, j’aime énormément de styles et beaucoup pourraient convenir à l’univers de Blurr Thrower.

Trouves-tu que le black metal soit un bon style pour l’expérimentation ?
Malgré les architectes du style, cette scène reste très traditionnelle. Pas étonnant qu’un Deathspell Omega ait mis une gigantesque claque à un public qui entendait des riffs à la Darkthrone tourner en boucle depuis des années. Les groupes qui transcendent le style pour l’amener totalement autre part tout en conservant la violence et l’occulte, comme Blut Aus Nord, sont extrêmement rares. Le black metal reste assez séculaire et sacralisé par sa communauté et je n’échappe pas à ce phénomène, loin de là. C’est un style qui refuse facilement l’innovation et ce, depuis toujours : les claviers d’Emperor avaient déjà fait grincer des dents à l’époque. Blurr Thrower ne déroge pas à la règle et n’a pas la prétention d’innover. Le matériau d’origine reste suffisamment riche pour continuer à l’exploiter. Après tout, BT, ça reste une espèce de Burzum qui a maturé.

L’évolution majeure constatable est le fait que la scène perd globalement de son langage malsain et Lo-Fi pour aller plus vers de la production parfaite, léchée au possible. J’y trouve moins mon compte. Ça brise à mon sens le côté organique et poussiéreux du style que j’affectionne tant, bien que de nombreux groupes en restent éminemment les gardiens.

 

interview en face à face par Petite Ciguë