fbpx
Select Page

//FRENCH VERSION BELOW//

A bath of bright blood, plumes of smoke, a furious energy, this is how Vcid gets the ball rolling at the Cuizines in Chelles, near Paris, before Pensées Nocturnes throws a couple of punches right in our faces. Proud owner of possessed vocal cords, grinder of sharp guitar strings and incisive drummer, C.RDR, O.H. and J.M.C. peel the labels off, put the Void away and describe the band’s iconography without being stingy with colors.

Your show at Les Cuizines for the release party of Pensées Nocturnes’ Grand Guignol Orchestra has just ended. How was it like to open the ball?
All: Exhausting! (laugh)
O.H: Playing such a short set felt quite strange. That’s pretty rare, but also very interesting because we could give it all, without second-guessing ourselves. Moreover we are really happy to play in Paris’ region.
C.RDR: It’s not the usual stuff, we had not played here since 2013. That is true that shows don’t start that early in Nantes.

You are labelled as a black’n’roll band, a quite unusual genre in France. Why going in that direction?

O.H: We didn’t really “choose” that direction, it’s rather the people that labelled us like that. When we created Vcid, we were inspired by various styles. Does the label “Black’n’roll” really mean something in the end? We never questioned ourselves in order to orientate our music so it would fit this genre’s criterion. It is rather our influences that differ from traditional Black Metal.
C.RDR: Our first tracks are a mixed bag, but with a very rock guideline. Our style appeared when we started to record Jettatura. Back then, our drummer left and J.M.C. arrived in the band. He has a less Black Metal baggage than his predecessor did.
J.M.C: Indeed, I had never played Black Metal before. I performed in Grind and Goth bands and also a Thrash one, Lapidation, with O.H. I had a more aggressive style, rather Hardcore or Metal than pure Black. I listen to Black Metal less often than my two mates, but the bands I discover progressively feed my beat. Yet, this is not my primary influence. Maybe I stuck my oar in our style a bit, but I don’t have a Black Metal beat.
C.RDR: You (J.M.C.) and O.H. are used to work together due to your former band. Thanks to that rehearsals quickly worked well whereas some bands rehearse during hours and hours and had to restart repeatedly. Vcid is first and foremost a band of friends that play music together and we are very happy to be where we are.

You released a demo, Hate & Roll, and a split album with Blacktyde in 2012, and then Jettatura came out in 2018. How went its composition and recording?
O.H: There was no particular triggering factor. It all came naturally, without rushing in the composition. We let ourselves lots of time to work on the tracks. With J.M.C. joining the band, we also decided to rework old tracks. Our personal lives didn’t let much free time to work on Vcid.
J.M.C: The first two years, we also focused on stage performances. I think there was a will not to stop gigs, even with the line-up changing.
O.H: Well, we didn’t played that much in fact. But still, they were good concerts.
C.RDR: True, we never did a long tour in Eastern Europe with a van in a DIY and punk spirit for example. Most of Jettatura’s tracks were composed a long time ago. We recorded a first demo, then we took time to select the right tracks and think about the financial and practical aspects of the recording.

The Jettatura is the Evil Eye, a novel from Théophile Gautier and the title of the first track of the album. Why did you choose this name?

C.RDR: We racked our brains, the name changed several times. But I think the word “Jettatura” works well.
J.M.C: It’s hostile.
C.RDR: Yes, you don’t really know what it is and it’s full of esotericism. It’s an Italian word, but you can also use it in French or English as it is.
O.H: “Jettatura” is out of the ordinary language and arouses the curiosity. C.RDR thought regarding the lyrics and it really caught our attention. We loved the impact, the signification and the sound of it.

Any Neapolitan spell caster among your ranks?
All: (laughs)
C.RDR: It would be awesome, but no.

How has the audience welcomed the album so far?
C.RDR: I think it can be split in three big categories. First, the ones that got too passionate and call it genius. We are proud of our album, but still, we won’t call it a master-piece, we stay humble. There are those who took a step back and welcomed the album well. And finally, the ones that didn’t really appreciate it – some of them have even suggested us to play a complete different style. Yet, most of the feedback is positive and encouraging.
O.H: That is one advantage of this genre of music, if it is one: it makes Black Metal a bit more accessible. This can arouse the interest of people who don’t usually listen to Black Metal. Because of that, we have a lot of feedback with extremely mixed opinions.
C.RDR: Yes, one review suggested us to start doing Punk or Post-black. We don’t really want to get into one of these styles. I think Atmospheric black metal is something you live alone at home, for example.
O.H: It’s interesting, this need to label bands in categories.

You released first Jettatura “homemade style” during summer 2018. How did you come up signing with LADLO?
C.RDR: Yes, I pressed a first edition because we had the opportunity to play at Les Feux de Beltane. We wanted to have albums to sell there, because this kind of event full of passionate people is ideal to spread your music. This was an important event and that was cool to open it with a “local” band because we all come from Nantes. In June, we agreed that it would be interesting to be “properly” released, so we sent an email to LADLO. We didn’t really believe in it, but we received an agreeing answer the next morning, so we stopped searching.
O.H: We didn’t randomly contact LADLO – it is an important label in France, and we wanted to work with them.
C.RDR: Its roster is varied, even if I don’t like all the bands. Because of my work as a graphic designer, I had the opportunity to work with Vaeroh, from Pensées Nocturnes, Heir and Arkhon Infaustus. This inner sight comforted us in the idea of joining LADLO, and we never received any bad feedback about this label.

The skull and the red and black already appeared on the cover of Hate & Roll. Why choosing these visual elements?

C.RDR: I recently finished school and just started to work as a professional graphic designer at that time. I didn’t really know what to do, and I couldn’t stand back from my work. Our graphic identity was created over the years by keeping the components that worked: the engraving style, the stings on the skull, for example. We thought it was funny to have some mascot with this skull, just like Eddie from Iron Maiden, without putting it really forward though. At the beginning, there was no speech or particular idea behind this three-eyed skull with prominent cheekbones – now there is. The lyrics are related to it.
O.H: C.RDR showed us the cover and we were all enthusiastic about it. It differed from the usual codes of Black Metal, especially its colors.
C.RDR: I was influenced by many things over the years, especially by French illustrators. The cursing hand came after the song Jettatura and I thought that having a corresponding sign would be striking. So I did my research on the exact Christian gesture used for blessing. I try not to create something senseless and shallow.

The lyrics feature prominently the mysterious occult and a colorful gore imagery. How do you write them?

C.RDR: I write them, they are a bit like tales or fables. They feel like a movie inspired by Stephen King’s novels from the 80’s and 90’s: Pet Semetary 2 for example. The movie is mediocre, but tells a cool story. In this case, some choices might be senseless. Jettatura or Omen are close to horror movies, twisted action movies and B movies, to Rodriguez’s or Tarantino’s style. I had a lot of fun writing the lyrics, some parts are filled with irony. Each of us has his own connection with esotericism, without showing it off.
O.H: Hidden in the middle of all that, there are some elements truer than others, it stays quite mysterious all in all.

Vcid’s Facebook account is registered as a religious organisation (next to the usual “Musician/Band” status), and we can read “We hail the Void”. What does it mean exactly?
C.RDR: It is some kind of motto, it is also written in Latin on our backdrop. It goes with our ironic side. We don’t worship an entity hidden in the Void. Nevertheless, the concept of this immense emptiness surrounding us, reducing God and Satan to cheap junk, is strong. Maybe there is something greater than those divinities invented just to reassure you. This motto means that you believe in the great Void, which can be everything. Even if we believe in what we write and play, this is not an autobiography either – we don’t want to confide.

You will perform at the Hellfest Corner 2019. How do you feel about that?

O.H: We are all very happy – we are lucky to play there. We live in this region and we are familiar with the Hellfest. We are well aware of its contribution to the metal scene. There will be the audience and our friends, we know that. Even if we “only” play that the Metal Corner on Thursday, that will be an important gig, we can’t wait to be there.
J.M.C: ‘till last week, I was jumping all around from joy thinking about that (laugh). This is something!
C.RDR: We have a lot of work to do to have a set of high quality. I think we were scheduled because some members of the Hellfest’s staff saw us playing. Also, many bands that will play are excellent! Nuisible from Normandy, for instance, that plays black hardcore. I think having two black-oriented bands can bring another kind of audience, one that will not go to the Knotfest. I feel like the program of the Metal Corner is more extreme this year. We are impatient!
O.H: This was another step after signing with the label. This motivates us even more.
C.RDR: There are two great concerts upcoming before that: one next to Deluge and Aorlhac at Brétigny (near from Paris), then one with Pensées Nocturnes at Bordeaux. They are bands from the label, but we get along well, and this kind of events unify us, even if we don’t play the same styles. We are also going yo play at the Rock Metal Camp Fest.

What are your plans for the future?
C.RDR: We’ve been asked to do a split album, but we didn’t accept. We were not into this one. For the upcoming album, we will take our time, just like we did with Jettatura. We can definitely produce something different. The energy will still be there, there will be black, rock, punk but also much varied elements. We are not composing for the time being – the few attempts to do so were not that great.
O.H: Now, we stay in Jettatura’s momentum. We will work on our stage performances to offer something even more interesting. The composition will start when the time comes, when we will feel like it.
J.M.C: We are sharpening our current set to make it more efficient.
C.RDR: Some bands gather in one place and compose in a month, that’s not our style. We know musicians that compose an entire album on Guitar Pro, and apply this in rehearsal. We prefer a more intuitive and rock approach.

 

En attendant le prochain concert de Vcid  le 30 mars 2019,  voici l’interview du groupe par Petite Cigüe.

Concert au Rack’am le 30 mars 2019 avec DELUGE et AORLHAC (91220 Brétigny-sur-Orge) Billets : ICI . Event Facebook ICI 

Un bain de sang lumineux, des panaches de fumée, une énergie furieuse, voilà comment Vcid ouvre le bal aux Cuizines de Chelles avant que Pensées Nocturnes ne nous en mette deux dans la tête. Heureux propriétaire de cordes vocales possédées, aiguiseur d’autres cordes (de guitare) acérées et marteleur de batterie incisif, C.RDR, O.H et J.M.C décollent les étiquettes, remettent le Vide à sa place et dépeignent leur iconographie sans lésiner sur les couleurs.

Vous venez de sortir de scène après votre concert aux Cuizines, pour la release party de Grand Guignol Orchestra de Pensées Nocturnes. Comment vous sentez-vous après avoir ouvert la soirée ?

Tous : Fatigués ! (rires)

O.H : C’est un peu étrange d’avoir joué un set aussi court, c’est rare. Mais c’est très intéressant aussi, car ça nous permet de nous donner à fond, sans nous poser de questions. Par ailleurs, on est très contents de jouer en région parisienne.

C.RDR : Ça nous change, nous n’avions pas joué ici depuis 2013. C’est vrai qu’à Nantes, les concerts ne commencent pas aussi tôt.

On vous qualifie de groupe de black’n’roll, un genre peu pratiqué en France. Pourquoi avoir pris ce cap ?

O.H : Nous n’avons pas vraiment « choisi » de cap, c’est plutôt les gens qui nous ont qualifié comme ça. Au moment de fonder Vcid, on s’est inspirés de nombreux groupes de ce style. Est-ce que l’étiquette « black’n’ roll » veut dire quelque chose, au fond ? On ne s’est jamais vraiment posés la question en se disant que notre musique devait correspondre aux critères du genre. C’est plutôt nos influences, qui sortent un peu du black traditionnel.

C.RDR : Il y a à boire et à manger dans les premiers morceaux, ceci dit, avec une ligne directrice très rock. Notre style s’est fixé lorsqu’on a commencé à composer Jettatura. On venait de changer de batteur à ce moment et J.M.C a un bagage bien moins marqué par le black metal que son prédécesseur.

J.M.C : Oui, je n’avais jamais pratiqué le black metal auparavant. J’ai joué dans des groupes de grind, de goth et un groupe de thrash, Lapidation, avec O.H. J’officiais dans des styles plus hargneux, c’est-à-dire plus tournés vers le hardcore ou le metal que vers le black pur. J’en écoute beaucoup moins que mes deux comparses et je me nourris un peu de ce style au fur et à mesure de mes découvertes. Ce n’est pas mon essence première, cependant. J’ai peut-être mis mon grain de sel, mais je n’ai pas une frappe black metal.

C.RDR : Toi et O.H vous aviez l’habitude de travailler ensemble dans votre ancien groupe. Du coup, le travail en répétition vient assez naturellement. Il y a des projets musicaux où tu vas devoir passer quatre heures en salle de répétition en recommençant les morceaux encore et encore. Vcid est avant un tout un groupe de potes qui fait de la musique et on est très contents d’en être arrivés là.

Vous avez sorti la démo Hate & Roll et un split avec Blacktyde en 2012, puis Jettatura a vu le jour en 2018. Comment se sont passés son élaboration et l’enregistrement ?

O.H : Il n’y a pas eu d’élément déclencheur en particulier. Tout s’est fait assez naturellement, sans précipiter la composition et en se donnant le temps de travailler les morceaux. Avec l’arrivée de J.M.C dans le groupe, on a aussi pris le temps de retravailler les anciens morceaux. Le cours de nos vies a fait qu’on n’avait pas toujours énormément de temps à consacrer à Vcid.

J.M.C : Les deux premières années, on s’est aussi concentrés sur la scène. Je pense qu’il y avait une volonté de ne pas se couper des concerts, malgré le changement de line-up.

O.H : Nous n’en avons pas fait tant que ça, finalement. Mais c’était de bons concerts.

C.RDR : Oui, on n’a jamais fait de longue tournée en Europe de l’Est d’une manière un peu punk et DIY avec un van, par exemple. La plupart des morceaux de Jettatura ont été composés il y a longtemps. On a fait une première maquette, puis on a mis du temps à sélectionner les morceaux ainsi qu’à réfléchir aux détails pratiques et financiers de l’enregistrement.

La Jettatura, c’est le Mauvais Œil, une nouvelle de Théophile Gautier et le titre de la première chanson de l’album. Pourquoi avoir choisi celui-ci pour baptiser aussi cet opus ? 

C.RDR : On s’est bien creusés la tête, l’album a changé de nom à plusieurs reprises. Mais je trouve que le mot « Jettatura » fonctionne bien.

J.M.C : C’est hostile.

C.RDR : Oui, tu ne sais pas trop ce que c’est et c’est empreint d’ésotérisme. C’est un mot d’origine italienne, mais tu peux l’utiliser comme tel en français et en anglais aussi.

O.H : « Jettatura » sort du langage commun et éveille la curiosité. C.RDR y a réfléchi par rapport aux paroles et on est vite revenus vers ce mot, dont on aimait l’impact, la signification et la sonorité.

Pas de jeteur de sort napolitain dissimulé parmi vous, donc ?

Tous : (rires)

C.RDR : Ce serait cool, mais non.

Comment l’album a-t-il été accueilli jusqu’ici ?

C.RDR : Je pense qu’il y a trois grandes catégories de retour. En premier, les personnes qui s’enflamment et crient au génie. On est vraiment contents de l’album, mais on ne va pas hurler au chef-d’œuvre non plus et on reste humbles. Il y en a qui prennent du recul et dont le retour est positif. Enfin, certaines personnes ne sont pas particulièrement emballées. Certaines nous ont carrément conseillé de changer de style. Toutefois, beaucoup de retours sont positifs et nous encouragent à continuer.

O.H : C’est aussi un des avantages de ce genre de musique, si ç’en est un : il rend le black un peu plus accessible. Cela peut éveiller l’intérêt d’auditeurs qui ne sont pas fans de black. Du coup, on a toutes sortes de retour avec des avis extrêmement variés.

C.RDR : Oui, il y a eu une chronique qui nous recommandait de faire plus punk ou plus post-black. Mais on n’a pas envie d’évoluer à fond dans l’un ou l’autre. Je trouve que le black atmosphérique se vit plutôt seul chez soi, par exemple.

O.H : C’est intéressant de constater cette volonté de classer absolument les groupes dans des sous-genres.

Vous avez d’abord sorti Jettatura « à la main » à l’été 2018. Comment en êtes-vous venus à signer chez LADLO ?

C.RDR : Oui, nous avons fait une première édition car on a eu la possibilité de jouer aux Feux de Beltane. On voulait avoir des albums à vendre sur place, parce que ce type d’événement de passionnés est le moment idéal pour diffuser sa musique. C’était un événement important et c’est plutôt bien de faire l’ouverture avec un groupe « local », vu que nous venons de Nantes. En juin, on s’est dit qu’on aimerait bien être sortis quelque part et on a envoyé un e-mail à LADLO. On n’y croyait pas énormément, mais on a eu une réponse engageante dès le lendemain et on a arrêté de chercher.

O.H : Ce n’est pas un hasard si on a contacté LADLO en particulier. C’est un label important en France et on avait envie de travailler avec lui.

C.RDR : Son catalogue est très varié, même si je n’aime pas tout. De par mon travail de graphiste, j’ai pu collaborer avec Vaerohn de Pensées Nocturnes, Heir et Arkhon Infaustus. Le fait d’avoir cette vision de l’intérieur nous a décidé à nous tourner vers LADLO et nous n’avons jamais eu de mauvais retours sur ce label.

Le crâne ainsi que le rouge et le noir figuraient déjà sur la cover d’Hate & Roll. Pourquoi avoir choisi ces composantes visuelles ?

 C.RDR : Je sortais tout juste de l’école, je commençais l’illustration. Je ne savais pas trop ce que j’allais faire et je n’avais pas vraiment de recul sur mon travail. Notre univers graphique s’est construit d’année en année, en retenant les composantes qui marchaient le mieux : le côté gravure ou les piques au niveau des pommettes du crâne, par exemple. On trouvait amusant d’avoir une espèce de mascotte à la Eddie d’Iron Maiden avec ce crâne sur nos pochettes, sans que ce soit aussi prononcé. À la base, il n’y avait ni discours ni idée particulière derrière ce crâne à trois yeux et aux pommettes saillantes. Maintenant, si. Les paroles y font référence sans être un jeu de pistes pour autant.

O.H : Quand C.RDR nous a présenté la pochette de la démo, on était tous très enthousiastes. Elle sortait des codes habituels du black, notamment au niveau des couleurs.

C.RDR : J’ai été influencé de diverses manières au fil du temps, notamment des illustrateurs français. La main qui maudit est venue après la chanson Jettatura et je trouvais qu’avoir un signe correspondant serait fort. Je me suis donc renseigné sur la gestuelle chrétienne exacte pour la bénédiction. J’essaie de ne pas faire quelque chose de gratuit et superficiel.

Les paroles font à la fois la part belle à l’occulte mystérieux et à une imagerie gore haute en couleurs. Comment les écrivez-vous ?

 C.RDR : Je les écris, elles sont un peu comme des contes ou des fables. Je trouve que ça fait très film inspiré de nouvelles de Stephen King dans les années 80 et 90. Pet Semetary 2 (ndlr : Simetierre 2) par exemple. Le film est médiocre, mais il raconte une histoire cool. Là, pour le coup, certains choix peuvent être assez gratuits. Jettatura ou Omen sont assez proches de cette culture des films d’horreur, de films d’action déglingués et des films de série B à la Rodriguez et à la Tarantino. Je m’amuse beaucoup à écrire les paroles, elles contiennent des éléments assez second degré. Chacun d’entre nous entretient son propre rapport à l’ésotérisme, sans toutefois le mettre en avant dans le groupe.

O.H : Cachés au milieu de tout cela, il y a certainement des éléments un peu plus vrais que d’autres, mais l’ensemble reste assez mystérieux.

Le compte Facebook de Vcid est enregistré comme organisation religieuse (en plus de l’habituelle mention Musicien/groupe) et on peut y lire « We hail the void ». Qu’est-ce que cela signifie pour vous exactement ?

C.RDR : C’est un peu une devise, aussi notée en latin sur notre backdrop. Cela s’inscrit toujours dans cette volonté de second degré. On ne vénère pas une entité cachée dans le vide. Néanmoins, on trouve ce concept d’avoir un immense néant autour nous qui ravale Dieu et Satan au rang de pacotilles très fort. Il y a peut-être des choses bien plus grandes que ces divinités qu’on invente pour se rassurer. Cette devise signifie que tu crois dans le grand vide, ça peut être tout. Bien qu’on croit en ce qu’on écrit et joue, ce n’est pas autobiographique non plus. Il ne s’agit pas de nous livrer à travers cela.

Vous jouerez au Hellfest Corner 2019. Comment est-ce que vous vous sentez à cette perspective ?

 O.H : On est tous très contents, c’est une chance de jouer là-bas. Nous vivons dans cette région et on connaît bien le Hellfest. On est conscients de sa contribution à la scène metal. On sait qu’il y aura du public comme des amis. Même si on joue « simplement » au Metal corner le jeudi, cela reste une date importante et on a hâte d’y être.

J.M.C : J’ai arrêté de sauter partout à cette perspective il y a une semaine.(rires) Ce n’est pas une date anodine.

C.RDR : On a du travail pour produire un set de qualité. Je pense qu’on a été programmés, car des membres du staff du Hellfest nous ont vus en concert. En plus, d’autres groupes qui y jouent sont excellents. Nuisible, qui fait du black hardcore, par exemple. Je pense qu’avoir deux groupes tournés vers le black peut attirer un autre public, qui n’ira pas au Knotfest. J’ai l’impression que la programmation du Metal Corner est plus extrême, cette année. On est impatients.

O.H : C’est encore une étape de plus après la signature avec le label. C’est une pierre supplémentaire à l’édifice et cela nous motive.

C.RDR : Avant ça, il y aussi de belles dates : avec Déluge et Aorlhac à Brétigny, puis avec Pensées Nocturnes à Bordeaux. Donc plutôt des groupes du label, mais on s’entend bien et ce sont des dates fédératrices alors qu’on n’officie pas du tout dans le même style. On est aussi programmés au Rock Metal Camp Fest.

Quels sont vos plans pour la suite ?

C.RDR : On nous a proposé un split, mais nous n’avons pas donné suite. Ça ne nous tente pas. Pour le prochain album, on va prendre notre temps, tout comme pour Jettatura. On peut parfaitement produire un opus totalement différent. L’énergie sera toujours présente, il y aura forcément du black, du rock, du punk, mais aussi des éléments très diversifiés. Pour l’instant, on ne compose pas. Les quelques tentatives en ce sens n’ont pas été fructueuses jusqu’ici.

O.H : Là, on reste dans la dynamique de Jettatura. On va travailler sur notre jeu de scène pour proposer quelque chose d’encore plus intéressant. La composition commencera le moment venu, quand on en aura envie.

J.M.C : On est en train d’affuter le set actuel pour le rendre plus efficace.

C.RDR : Certains groupes se mettent en résidence et composent un album en un mois, ce n’est pas notre style. On connaît des musiciens qui composent des albums entiers sur Guitar Pro, puis qui appliquent en répétition. On préfère une manière de travailler plus intuitive et plus rock.