Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

The Dawn (Bru)

Envoyer Imprimer PDF
1. Présentez- nous le groupe et racontez nous son histoire jusqu’à ce jour.
On s’appelle THE DAWN, de Marseille, on est un trio, on joue un punk métal dégueulasse, rapide et violent. Avant on s’appelait INMATE, on était 4, de 99’ à 2004, on a fait pas mal de live dont quelques 1ères parties sympas (Napalm Death, Nasum, Daughters, As we fight), on a aussi sorti 2 maxi dont 1 sur SBR et distribué au niveau national par Overcome. Au départ du chanteur on a vite cherché un remplaçant, après quelques essais on n’avait pas trouvé un mec valable, donc Fred (guitare) qui assurait déjà des parties chant dans Inmate, a pris le lead, et Seb (basse) le chant secondaire, et c’est parti de là. On avait la rage de remonter sur scène, et surtout l’envie de pondre des morceaux plus intenses, plus efficaces, et aussi plus violents, qui nous correspondraient vraiment, tout en essayant de sonner original et de se démarquer de la scène nationale.. Avec du recul se retrouver à 3 c’est quand même la meilleure chose qui pouvait nous arriver.

2. Votre premier concert avec le groupe : quel souvenir en gardez-vous ?
Oui, c’était à Roubaix, en mai 2005, après seulement 3 mois d’existence, une affiche assez tough guy avec nos potes de Disturb et quelques groupes locaux du nord. On était un peu les ovnis de la soirée, la route nous avait bien crevés, les quelques nouveaux morceaux n’étaient pas encore très bien maîtrisés, mais pour nous c’était important de revenir vite et de prendre à nouveau notre pied sur scène. Ceci dit pour Fred et Seb c’était une 1ère au chant, donc il y avait un peu de pression. Ca reste un bon souvenir quoi qu’il en soit.

3. Donnez nous quelques traits de caractère de chacun des musiciens.
On est 3 spécimens bien distincts sur le plan humain, qui se complètent quand il s’agit de faire de la musique, chacun avec ses qualités et ses défauts, surtout les 2 autres, hé hé… Pour faire court, Fred est un guitariste créatif et bosseur, c’est le garant de l’esprit metal et crade du groupe. Seb c’est un cerbère, il veille à l’intégrité de notre démarche, il tire la sonnette d’alarme quand un truc ne lui convient pas, ça nous aide à ne pas nous éparpiller. Moi je suis la voix de la sagesse, le mec cool du groupe, hé hé, je tempère, je négocie, je parlemente, ça débloque des situations, ça permet de créer des liens avec des gens du milieu etc…. A part ça on se retrouve tous sur une ligne directrice, à savoir jouer de la musique qui nous plait, dégueulasse à souhait, qui arrache, sans concession, sans jamais se répéter, et tout ça à la gloire de Satan, yeaaah ! !

4.Quel est le rôle propre de chacun dans l’évolution du groupe ?
On a chacun des désirs, des choses qu’on a envie d’insuffler dans notre musique. On met ces idées en commun, pour définir une identité propre au groupe, en respectant les envies de chacun. On discute toujours des choses qui peuvent ou pas entrer dans le cadre de l’esprit THE DAWN, de là c’est vraiment un travail collectif qui donne naissance aux morceaux. A chacun notre tour on est les moteurs de motivation du groupe, pour que le rythme de travail reste constant et qu’on avance le mieux possible.

5. Quel est votre organisation ? Fréquence des répétitions, préparation des concerts, fréquence des séances de compositions, choix des concerts ?
On répète généralement 2 fois 3 heures par semaine, on greffe quelquefois une 3ème répèt quand certaines échéances approchent (concerts/enregistrement) pour augmenter la dose de travail. Pour la préparation des concerts on se concentre sur l’exécution du set, sur une période de 2 à 3 semaines avant les dates, en se mettant en condition de live pour être prêts physiquement. On essaie de garder toujours un pied dans la compo. Fred cherche constamment des idées, certaines se transforment très vite en morceaux, d’autres nécessitent un peu de réflexion et de matière supplémentaire, elles atterrissent dans notre grand panier à riffs, elles mûrissent dans la tête de chacun, et tôt ou tard l’un de nous a assez réfléchi dessus pour proposer quelque chose qui tient la route et qui fera un bon morceau. Pour le choix des concerts, honnêtement on a pas de quoi faire les fines bouches, trouver des dates c’est déjà très difficile dans notre créneau, donc tout est bon à prendre, du moment qu’on perd pas trop de fric dans l’histoire.

6. Qui est à l’origine de l’artwork du CD ? Qu’est-ce qui a poussé à votre collaboration ? En êtes-vous satisfaits ?
C’est Seb (basse/chant) qui est responsable de toute l’imagerie du groupe, et ce depuis les débuts avec Inmate. Il est infographiste, c’est son job, avant ça il a reçu une formation artistique assez complète et il est très doué. C’est donc à lui que revient naturellement le job pour l’image. De toute façon c’est tant mieux, on aime bien tout contrôler, et confier ça à quelqu’un de l’extérieur ne nous plairait guère. On lui fait entièrement confiance au niveau des visuels, il a une perception intérieure de l’univers THE DAWN, sa vision et son empreinte artistique sont étroitement liées à l’identité du groupe. La musique, les visu, les textes, tout ça crée notre univers, personne de l’extérieur ne peut mieux que lui synthétiser l’esprit du groupe. Il a aussi fait la plupart des visu des cd et t-shirts de Disturb (420/ the last resort/ the worst is to come) mais il a aussi bossé pour Tears Eviction (groupe de deathcore de Toulon) et les ricains de Lickgoldensky. On est pleinement satisfaits de son travail, qui se démarque clairement de ce qui se fait dans le style, son approche est originale et décalée, bien crade, il est parfait.

7. Que voudriez-vous dire à nos internautes pour les inciter à acheter le CD ?
Déjà je leur dirais de l’acheter directement auprès du groupe, pour nous soutenir et surtout pour faire des économies, hé hé, les gros distributeurs se sucrent allègrement sur notre dos.. ensuite, et sur un plan strictement musical, The Dawn propose quelque chose de vraiment personnel, intègre, sincère, underground, violent, inspiré, qui plaira forcément aux amateurs de sensations fortes et de rock baveux, loin des buzz artificiels qui masquent les groupes sans âme. Oubliez le néo, le tough guy, et le goth, bouffez du The Dawn à chaque repas redonne forme et vitalité, et lutte activement contre les capitons, c’est vendeur ça non ?

8. Quelles sont vos influences musicales ?
Essentiellement des groupes nord américains. Ca passe par le metal, le death, le hardcore sous toutes ses formes, le rock et la pop pour le coté efficace des structures, il y a aussi quelques références européennes telles que Breach ou les islandais de Minus. Globalement on va dire qu’on apprécie tous les groupes qui ont une démarche propre.

9. En dehors de la Musique, avez-vous d’autres sources d’inspiration ?
Bien sûr, le monde qui nous entoure et notre quotidien rejaillissent dans la façon dont on compose et dans les émotions qu’on veut faire passer dans notre musique. On s’inspire du coté pourri et cynique de ce monde, de la médiocrité de l’humain, des sentiments noirs qui obscurcissent une existence, la colère, la rancune, la haine, l’amertume, le mépris, la mélancolie, le remord, on parle souvent par expérience et on écrit par métaphore, on retranscrit ça dans des morceaux intenses et sales aux titres décalés. Pour Fred ce sera aussi les films d‘horreur de Romero, pour moi des libres penseurs et anti cléricaux comme Nietzsche ou Michel Onfray, pour Seb des artistes bien barrés et singuliers à la Jérôme Bosch ou David Hockney. . Au quotidien on est plutôt des mecs cools et ouverts, mais notre musique expie toute la noirceur de nos personnalités.

10. A quelles émotions souhaiteriez-vous que vos auditeurs soient en proie, à l’écoute de votre musique ?
Chacun peut se faire son film, mais sur nos morceaux violents je dirais les mêmes que les nôtres quand on les joue, à savoir qu’on lâche tout, c’est la grosse catharsis. Donc pour moi ce serait comme défoncer un connard avec une batte de base ball, avec le sourire satisfait du mec qui se fait plaisir, guidé par une colère saine et libératrice, et tout ça bien sûr avec la bénédiction du malin, hé hé. Au delà de la recherche musicale qui reste quand même la motivation 1ère de notre démarche en tant que groupe, le but c’est aussi de se laisser aller à tout ce que la bienséance bride ou condamne au quotidien, absolument tous les sentiments de l’humain sont présents dans notre musique. C’est pour ça qu’on a aussi des morceaux plus ambiants et mélodiques qui traduisent notre côté sensible et délicat, mélancolique et inquiet, chose que tout un chacun ressent à un moment ou un autre, et qui confère une image plus fragile et attachante, ça n’est pas que de la musique de bourrin, toutes les facettes de la musique sont et font le groupe.

11. Un peu de rêve…Si vous deviez fouler la grand scène d’un festival, lequel choisiriez vous ? Pourquoi ? Que représente-t-il pour vous ?
Au niveau national je dirais évidemment les gros événements type feu le Fury Fest ou le Hellfest, pour une exposition maximum, et un gros pied sur scène devant tous les kids de France et d’ailleurs.. J’étais présent aux éditions 2003/4/5 et j’aurais bien kiffé un show là bas.. bonne ambiance, belles affiches et la fierté que pour une fois ça se passe chez nous. Après je dirais le Hellfest version US, ou le New England Metal Fest avec des affiches toujours étoffées et riches en talents, ceci dit avant de surprendre les ricains sur leur propre terrain avec ce genre de musique, faut se lever tôt… En règle générale je le répète on galère assez pour trouver des dates donc le rêve pour l’instant se résume plutôt à tourner tout court.

12. Vos projets à court et long terme.
Coté live cet été sera calme comme tous les étés du groupe, on va composer du neuf pour la rentrée et garder le rythme, enfin mollo quand même, il fait chaud ici. Plus concrètement on est en train de monter une tournée avec nos potes de Every reason to, qui devrait avoir lieu en octobre sur une 8aine de dates, en fait on ferait toute la partie sud de leur tournée nationale, gros chantier, mais super tournée en vue. A ce propos, si vous voulez nous voir près de chez vous, contactez nous directement pour mettre ça en place, on a besoin d’aide sur quelques dates. On pense aussi déjà à la suite en terme d’album, on commence à poser les bases du successeur de « loud tunes… » mais bon ne soyez pas trop impatients, on a bouclé la compo de « loud tunes … » en 9 mois sur l’année 2005, je sais pas si on pourra réitérer de si tôt ce qui reste quand même un exploit personnel..

13. Sur un plan général pensez-vous réellement que le téléchargement MP3 soit la cause de déclin financier des labels ? Ou bien y voyez-vous une autre raison ?
On est tous les 3 de gros consommateurs de musique, et en tant que tels on télécharge pas mal de trucs, mais je vais, sans me dédouaner, te donner mon sentiment sur ce problème. D’abord il faut souligner que l’apport du net pour la circulation des infos, musicales ou pas, est un pas de géant pour la communication, ce qui est un coup de pouce énorme pour toutes les petites formations qui ne bénéficient pas d’un support promotionnel suffisant faute de moyens, là je t’apprends rien. Par contre je sais qu’en tant que consommateur, j’aime bien essayer avant d’acheter, et plutôt que de claquer 20eur dans un cd de merde au Virgin et sans écoute préalable, je vais préférer l’écouter quelques temps avant, me faire une idée, et si je kiffe, je serai le 1er à acheter l’original dans un concert ou sur le net pour 10 ou 12 euro seulement (dans le genre la distro Relapse est au top je trouve), sur lesquels l’artiste grattera autant de pognon que sur un cd vendu au Virgin… Donc si les distributeurs type Virgin/Fnac et consorts voulaient bien arrêter de se gaver sur le compte des artistes, et si les groupes étaient mieux référencés pour une écoute plus large, je crois que les kids préfèreraient avoir l’original d’un album à 12eur qu’une mauvaise copie sans âme chargée sur Soulseek. Ceci dit, et même si j’achète beaucoup d’originaux, j’ai aussi téléchargé et gravé plein de merdes que je suis content de ne pas avoir achetées et pour lesquelles je ne vole personne parce que de toute façon je ne les écoute pas. Au delà de ça je condamne les profiteurs, surtout ceux qui pillent les petits groupes, c’est les mêmes qui rechignent à payer 5 euro pour une affiche avec 3 ou 4 groupes locaux, des mange merdes à qui tout est dû.

14. La star du X que vous rêveriez de vous faire…..
Oh là ! ! On ne mange pas ce pain là ! ! héhé je blague, évidemment… sex is good. Ces bordilles sont trop nombreuses pour être énumérées, ceci dit, dernièrement j’ai bien trippé sur Jasmine Rouge, un drôle de numéro, blonde, sportive, soumise, et un brin cradingue, la classe.

15.Un crime à commettre ??
Un seul ? mmm c’est mal nous connaître, on est convaincus qu’une bonne moitié du monde n’a rien à foutre sur Terre… alors un crime oui, mais massif…héhé, Satan is real.

16. Cette dernière question vous est gracieusement offerte par la maison ! Vous pouvez parler de ce qui vous tient à cœur et qui n’aurait pas été évoqué, ou d’une requête que vous voudriez faire.
Une requête, toujours la même, faites nous jouer ! ! Contactez nous, on viendra mettre le feu dans vos chaumières ! ! On a vraiment besoin de promouvoir cet album sur scène, on est pas gourmands niveau frais, on garantit un set énergique et rock ‘n’ roll, et malgré toute cette violence on est des mecs réglo et fêtards. Sinon tu aurais pu nous brancher sur le pourquoi de ce penchant pour l’épouvantail Satan, et le pourquoi des titres débiles de nos morceaux, mais bon tes questions sont judicieuses jusque là, je chipote... Quoiqu’il en soit, merci à vous pour l’intérêt porté au groupe, et pour le coup de pouce que ça peut nous filer. Vous faites du bon taf, la scène a besoin de zines comme le vôtre.. Rock hard, Satan is real.

 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum