Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Vitruvius - Vitruvius

Envoyer Imprimer PDF

Groupe de métal progressif mexicain formé en 2006, Vitruvius aura attendu 5 ans avant de sortir son premier album chez le label allemand Dust On The Tracks. L'opus éponyme fait directement référence à Marcus Vitruvius Pollio, un architecte romain du premier siècle avant Jésus-Christ mais également au célèbre dessein de Leonard de Vinci qui apparaît (un peu modifié) dans le booklet. Création, fabrication, sophistication...Vitruvius s'est choisi un nom dont les connotations se marient bien au style progressif, reste à voir si le résultat est à la hauteur des promesses.

Pour une première production dans ce genre épineux qu'est le progressif, le groupe récolte plusieurs bons points. Malgré un début aérien que les cordes, la claire voix de Dulce et la douceur du piano semblaient placer sous le signe de la ballade, Inner Space tient très bien sur la durée grâce à l'alternance entre les éléments cités et le jeu des autres instruments, bien plus orienté vers le métal.
Des deux morceaux les plus courts de l'album, Somewhere est de loin de le plus accrocheur et le plus surprenant. Son pont au piano flirtant avec le jazz et ses changements de rythme apportent une touche d'originalité rafraîchissante dans le sérieux du style progressif. Stain In The Moon est le dernier morceau véritablement intéressant à mes yeux. Assez cinématographique, son ambiance mystérieuse est assurée par la voix de Dulce au sommet de son charme, un pont joliment surprenant et une guitare sèche des plus agréables.
La complexité est certes une des caractéristiques sacro-saintes du style progressif, mais si on lui court trop après, c'est la justesse qui passe à la trappe. Stealing A Tear From The Rain a par exemple le défaut de répéter à outrance les parties de guitare et de batterie jusqu'à ce qu'on se demande si c'est uniquement pour faire "une chanson qui dure 7 minutes". Résultat, le morceau tourne vite en rond. Autre problème majeur chez Vitruvius, une débauche de solos qui finit elle aussi par donner une impression de remplissage plus que d'élaboration. Entre Stealing A Tear From The Rain, Somewhere, Memories, Black Sphere Part 2 et le sacré morceau de technique qu'est Alchemist, on a compris que le guitariste et le bassiste étaient doués, sans que cela ne mène forcément tous ces morceaux quelque part. Ce besoin d'étaler de la technique n'épargne pas complètement le chant de Dulce. Bien que sa voix touche parfois au sublime dans les graves et les médiums, elle demeure trop juste dans les aigüs, heureusement assez rares pour ne pas agresser l'oreille.

Vitruvius possède d'incontestables qualités techniques et sait faire preuve d'une véritable originalité dans l'élaboration de ses morceaux, mais il lui faudra encore du temps pour mûrir et ne plus se perdre dans les codes du style progressif.

Tracklist :
01 - Stealing A Tear From the Rain
02 - Inner Space
03 - Somewhere
04 - Memories
05 - Alchemist
06 - Shade My Sight
07 - Lost Perception
08 – Stain in the Moon
09 - Black Sphere Pt. 1
10 - Black Sphere Pt. 2

Line-up :
Oskar Villarreal – Guitare, claviers, basse, choeurs
Ronnie Rodriguez - Batterie
Dulce Robles - Chant
Armando Thamze - Basse

Myspace : http://www.myspace.com/vitruviusband
Site Web : http://www.vitruvius.co.nr/

 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum