Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Goat The Head - Doppelgängers

Envoyer Imprimer PDF

Ourgl, Goat the Head revenir, lui toujours pas content, lui a envie broyer tête à toi à grands coups de riffs taillés dans silex. Si toi pas aimer death metal bas du front qui casse cervicales à toi, toi te barrer de suite car toi pas ami, toi pas bienvenu dans le monde préhistorique de Goat The Head, ok ? Par contre, si toi aimer death metal groovy, toi venir partager steak de mammouth autour du feu avec nous…

 

Et oui, si certains comme Nile (dans un registre beaucoup plus sérieux) kiffent l’Egypte ancienne, Goat The Head a choisi d’évoluer dans un trip primitif, le Primal Caveman Death Metal, et se donne donc pour mission de nous jouer un death metal préhistorique. Certes c’est original, mais encore faut il que la musique suive et se montre à la hauteur du délire du groupe, ce qui n’était que très moyennement le cas avec leur premier méfait de 2007, Simian Supremacy, album très moyen à la production assez pourrie. Je ne portais aucun espoir en cette formation, et voila que débarque par surprise ce Doppelgängers et ses 10 titres enregistrés par Tue Madsen (Dark Trankillity, The Haunted, Moonspell…), s’il vous plait madame.

Forcément la production est donc bien maousse, claire et puissante, mais qu’en est il des compos, nos hommes des cavernes ont-ils bouffé duTyrannosaurus rex enragé ? La réponse est assurément oui, quelle différence avec leur premier opus ! Les compos, gorgées d’influences thrash, sont headbanguesques à souhait et l’énergie déployée par les musiciens est cette fois très communicative. Alors que l’album précédent se montrait très vite lassant car bordélique et finalement peu inspiré, le présent Doppelgängers, tout en conservant son imagerie délirante, propose un death metal massif et parfaitement exécuté. Un des points fort de cette galette est d’ailleurs le chant, qui, sans être profondément guttural, apporte un côté bestial qui sied parfaitement à l’univers du groupe. Impossible de rester de marbre en écoutant les pépites « Neolithic Rocket Science » (bordel ce chant entrainant !), « Bestial Domestication », « Reveille » ou le morceau final « Primal Caveman Death Metal ». Et les vocaux féminins de « This Tube Is The Gospel » sont totalement inattendus et bien délirants, du tout bon…

Du groov, du groov, et encore du groov, des riffs bétons, une ambiance bien originale, ce deuxième album des norvégiens de Goat The Head est un petit must en son genre. Bien sur ce type de sortie ne s’adresse pas aux amateurs d’un death hyper technique et léché à la Origin, Obscura et compagnie, mais les amateur de thrash/death sauront apprécier…

Note : 8/10

Tracklist :
1. Neolithic Rocket Science
2. Uncanny Valley Clan
3. This Tube Is the Gospel
4. Salt
5. Bestial Domestication
6. The Hunt Is On (Sexy Son)
7. Reveille
8. Stirring the Enigmatic Appetite
9. The Ubiquitous Cube
10. Primal Caveman Death Metal

Line-up :
Kenneth Kapstad : Batterie
Snorre A. Hovdal : Basse
Ketil Saether : Guitare
Per Spjotvold : Chant

Label : Aftermath Music
Myspace : http://www.myspace.com/goatthehead

 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum