Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Otargos, entretien au Hellfest 2010

Envoyer Imprimer PDF

Premier jour du Hellfest, après une matinée bien mouvementée et malgré une dizaine d’interviews épongées, Ortagos accueille les Acteurs de l’Ombre avec bonne humeur. Les français font partie de ces groupes que Christine Boutin veut éradiquer du Hellfest (le festival avec d’ailleurs). Mais avec un show de plus en plus sanglant, un nouvel album dévastateur prévu pour la rentrée et de nouveaux adeptes, Ortagos n’est pas près de faire pénitence !



- Alors comment s’est passé ce concert ?

Dagoth: Très bien, nous étions étonnés de voir autant de monde à une heure aussi matinale, vu comment le Metalcorner était rempli hier ! (Rires). Ça fait plaisir !

- Vous allez enchaîner ensuite sur d’autres festivals ?

Thyr: Non, nous avons simplement cinq dates de prévus après le Hellfest à Mets, Nancy, Bordeaux et je sais plus (Rires) !

- Avez-vous testé votre nouvel album « No God No Satan » prévu pour le 30 août 2010, sur scène ?

Dagoth : On a joué le premier extrait de l’album « Cloning the Divine » dont on vient de tourner le clip. On a eu pas mal de retour positif par le public mais aussi sur Internet. Après pour l’album on verra bien, certains aimeront d’autres non c’est le jeu.

- Et tu crois que Christine (Boutin) va l’aimer ?

Dagoth : (Rires) A mon avis non, ne je ne pense pas qu’elle aimera. En faite je ne suis même pas sur qu’elle comprendrait que le message est bien plus extrême qu’un groupe de black metal.

- Ortagos fait parti de ces groupes montrés du doigt par les détracteurs du Hellfest. Que penses-tu de toute cette polémique ?

Dagoth: Toute cette histoire touche à la liberté d’expression. Dans ce cas là, pourquoi ne pas interdire les films d’horreurs ?

Thyr : Plutôt que d’essayer de faire interdire le festival, Christine Boutin devrait venir nous voir jouer, pour voir ce qui se passe avant, pendant et après le show. L’image première d’Ortagos nous montre comme des gens extrêmes mais je suis sûr que si elle venait assister à nos concerts, elle pourrait constater que nous sommes avant tout  des artistes et pas des « adorateurs de Satan » comme elle aime le montrer. Je suis sûr qu’elle nous encouragerait. Bon après je ne suis pas sûr qu’elle aime le message du groupe (Rires).

Dagoth: Désolé mais moi je n’ai pas le même avis ! (Rires). Certes, il y a le côté artistique mais le discours et la philosophie (dirons-nous) que Christine Boutin essaye de véhicule par cette polémique touche directement à la liberté d’expression. Il est évident que certains groupes ici vont à l’encontre des convictions de la population chrétienne. Et évidemment, moi, on va dire (Rires), comme je ne vais pas dans leur sens, je vais leur répondre merde. Mais le problème est qu’ils vont me répondre que je n’ai pas le droit de dire ci ou de faire ça. Et c’est là que ça me dérange. Il n’y a pas de débat avec ce genre de personnes et dans ce genre de conflit en particulier. Ce n’est même pas un choc entre deux visions opposées, c’est une personne qui veut t’imposer sa propre vision.

- Vous êtes vous déjà retrouvés confrontés à des groupes de catholiques qui voulaient interdire un de vos concerts?

Thyr: Pourquoi, ils veulent nous bénir? (Rires).

Dagoth: Non nous n'avons jamais été confrontés à ça. Sauf une fois quand j'étais plus jeune, un type est passé à côté de moi et je l'ai entendu dire « je te plains, tu es perdu ».

- Il n'a pas essayé de te convertir? (Rires).


Dagoth: Non, et c'est peine perdue. J'ai une vision qui est cent mille fois plus réaliste et terre à terre que n'importe quel chrétien ou personne d'une autre religion, qu'on ne pourra rien me faire croire ou avaler. Je suis un scientifique, je ne crois pas du tout aux contes de fées.

- Que diriez-vous à un public (non catholique je précise) qui ne vous connaît pas pour les inciter à venir vous voir?

Dagoth: (Rires). Euh...bonne question! Quelqu'un qui écoute du métal ou pas?

- Oui bien sûr, un accordéoniste aurait un peu plus de mal! (Rires). Je reformule, que diriez-vous au public qui vous à découvert aujourd'hui au Hellfest pour les inviter à revenir vous voir en concert?

Dagoth: S’ils ont apprécié le show, ils reviendront d'eux mêmes. J'espère en tout cas qu'aux premiers abords, ils ont aimés la musique. Après, nous proposons un show on peut dire intégrale, à la fois pour les oreilles et pour les yeux. On joue beaucoup sur le maquillage, les armures, etc...

- Et il n'est pas difficile de transporter tout ce matériel de concert en concert? C'est quand même assez lourd...

Dagoth: C'est un tout. C'est beaucoup de boulot, de mise en place, de préparation. Heureusement, on a une très bonne équipe derrière nous. C'est beaucoup de galères mais au final, je pense que c'est un plus pour le groupe. Il y a le message, la musique et le visuel et ça joue en notre faveur. Même si il n'est pas facile de tout mettre en place. Notre public vient nous voir aussi pour le côté show. On aimerait que l'on vienne nous voir que pour notre musique mais on sait aussi que l'audience attend du spectacle. Regardes Kiss, ils ont les moyens de faire quelque chose de grandiose, alors pourquoi s'en priveraient-ils? Nous n'avons pas les mêmes moyens, mais on essaye de mettre toutes les chances de notre côté.

Thyr: Tu peux aussi avoir un super groupe sans forcément jouer sur le côté visuel. Je pense par exemple à Necrophagist, la musique est géniale mais bon niveau show ça ne bouge pas beaucoup.

Dagoth:
C'est un choix du groupe de faire les choses de manière extrême ou simplement. Pourtant même si il n'y a pas ce côté show, il y avait énormément de monde au concert de Necrophagist. Certains se sont pris une énorme claque car instrumentalement parlant ce sont des musiciens hors pairs. Mais il est vrai que ceux qui sont venus les voir et qui s'attendaient à quelque chose de visuel on eu l'impression de se retrouver face à un groupe d'amateur.

- Nous allons terminer cette interview par vos projets à venir:

Dagoth: Nous allons faire plusieurs dates un peu partout en France (notamment deux dates à Paris à la Cantada et au Black Dog, le 4 et 9 septembre).Nous sommes entrain de voir avec Season of Mist pour la promotion de l'album. On a un contact également au Brésil pour pourquoi pas faire une tournée en Amérique Latine.

- Je vous laisse alors le dernier mot...

Merci au Hellfest, merci au public qui s'est levé tôt ce matin pour venir nous voir et merci aux Acteurs de l'Ombre!

 

 

Voir les autres articles de cet auteur

Commentaires (1)
1 Jeudi, 02 Septembre 2010 18:55
wire
Sympa cette interview!
Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum