Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

My Dying Bride - Songs of Darkness, Words of Light

Envoyer Imprimer PDF
Selon Cioran, les oeuvres qui peuvent aider un neurasthénique à ne pas se suicider sont les oeuvres les plus noires, les plus tristes, celles qui distillent le plus de poison. Voici donc une oeuvre qui devrait prolonger la vie de certains d'entre nous, et si tel n'est pas le cas, elle constituera au moins un miroir fidèle à notre mélancolie. My Dying Bride est l'un des groupes de doom les plus connus. Et ils n'en sont pas à leur premier album, loin s'en faut. Souvent, ils ont atteint une grande beauté et tristesse dans leurs précédents opus - je pense notamment à la chanson 'The Cry of Mankind' -, mais jamais ils n'ont atteint une telle maîtrise et une telle transcendance. Car cet album possède un supplément d'âme qui en fait leur chef-d'oeuvre incontestable. S'enfonçant plus encore da ns les régions obscures de l'être, ils parviennent à réaliser une rare harmonie ; leur musique touche directement au coeur. Rarement une telle tristesse s'est dégagée d'un album, rarement elle a été aussi directe, rarement l'auditeur s'en voit saisi de manière aussi despotique. Car elle est une évidence. Cette musique est l'expression même de la tristesse. Et seul un groupe talentueux et expérimenté comme My Dying Bride pouvait prétendre à une telle réussite. L'album s'ouvre à peine que l'on sait à quoi l'on va avoir affaire ; le chanteur pousse des cris déchirants avant de s'abandonner à un chant clair empreint de souffrance et bouleversant. Il arrive à faire passer tant de désespoir dans sa voix, n'hésitant pas à répéter certains mots, ce qui ralentit le phrasé même du chant et donne une sensation d'embourbement dans le malheur comme dans son expression. Les riffs, lents, accentuent encore cette impression... et que dire des soli de ce premier morceau, tout simplement déchirants. Et si d'un coup, après le premier solo de guitare, tout se tait, c'est pour laisser place au clavier, monumental. Ce titre atteint à des sommets rarement égalés ; la tristesse devient presque matérielle et palpable. Je ne connais guère que Joy Division qui soit parvenu à rendre aussi pregnants et aussi sensibles le désespoir et le dégoût de soi-même. 'Loathsome I've become A creature so undone Wretched and broken Cannot find my faith [...] Loose the dogs of disgrace upon me I have no faith Raise the poor outcast I have become I am undone; Calm is the air. Still is the sea. The valley of death keeps calling me Rest my eyes from the world This dying place, it's so absurd [...] With utter loathing and scorn, I was somehow born. Strewn in black decay. None shall I obey. The wreckage of my flesh. The nakedness of my death.' Malgré cet incontournable premier morceau (j'oserais même dire : inégalable), l'album ne faiblit pas en intensité. Les autres alternent passages 'énervés' caractérisés par l'usage d'un chant death, et passages dépressifs et lents caractérisés, eux, par un chant clair. Mais l'album opère une fusion des antagonismes puisque le chant death parfois vient se poser sur un passage dépressif et lent. Dans cette opposition on retrouve la plainte, la tristesse et la révolte qui font partie intégrante du désespoir. Les passages dépressifs ont des rythmes lancinants, lents et beaux... Musique et textes s'accordent parfaitement ; ainsi, les soli arrivent à des moments clefs dans les paroles, moments particulièrement intenses qui exigent un silence et une contemplation du pur désespoir - et de sa pure beauté - ; les nappes de clavier, elles aussi, sont fort justement placées. En ce qui concerne l'artwork, cette pochette n'a pas été réalisée comme beaucoup de pochettes de My Dying Bride par le chanteur lui-même ; elle montre une créture féminine torturée ailée à laquelle le haut du visage fait défaut, comme rongé, et qui hurle vers le ciel sur un fond de paysage brumeux... Une référence explicite à l'ange déchu, tombé dans la mortalité. Un bien bel album donc, qui ne perd rien de son intensité après nombre d'écoutes. Comme chacun sait, 'Les chants désespérés sont les chants les plus beaux'...


Tracklist :
1. The Wreckage of My Flesh
2 .The Scarlet Garden
3. Catherine Blake
4. My Wine in Silence
5. The Prize of Beauty
6. The Blue Lotus
7. And My Fury Stands Ready
8. A Doomed Lover
 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum