Les acteurs de l'ombre

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Old Legend - Old Legend

Envoyer Imprimer PDF
Old Legend est un groupe natif des environs de Marseille. Il présente ici son premier et dernier album, le groupe ayant splitté récemment. On retrouve Cyril au chant (ex Ad Inferna). La formation est composée de 6 instrumentistes dont une chanteuse. Notons d’emblée que vous avez affaire ici à des créateurs d’ambiance et non à des technicistes. L’organique supplante le technique. Tout commence sur une suave introduction apaisante ressemblant à la musique de certains jeux vidéos tels Age Of Empire. Vient alors le corps de la musique d’Old Legend, à savoir un style que les instrumentistes ont apparemment tout fait pour qu’on ne puisse l’étiqueter ! En effet la formation passe allègrement du doom au dark puis au heavy ou au black pour former un metal complètement hybride, aussi sensible qu’ il peut être rugueux. En effet Dead Portrait Of The Masquerade, first est fondé sur un riff heavy très entraînant et assez festif qui ressemble beaucoup au style heavy black des proches collègues de Your Shapeless Beauty. Vient ensuite la belle voix de Nathalie qui amène une belle musicalité. Tout au long de l’opus, elle contraste bien avec la voix tour à tour doom, black ou death de Cyril. Ce premier morceau ressemblerait bien à un de ces titres sur lequel un groupe s’appuie pour se confectionner un répertoire de scène, à savoir entraînant et mélodique, idéal pour le headbanging et le pogo. Si les premiers morceaux sont de bonne qualité avec des compos inspirées, une plongée plus avant dans l’opus révèle quelques éparpillements stylistiques. Difficile de conserver une unité musicale dans les méandres des samples et des instruments présents. Il ne fait aucun doute que le groupe recherche vraiment de la fraîcheur dans ses compositions. Celendia vous surprendra sûrement et distinguera pour sûr le groupe : la nièce du sieur Cyril joue avec son oncle, le tout est samplé d’une manière un peu sombre ce qui n’empêche pas la frêle enfant de réciter « Une souris verte qui courrait dans l’herbe…. » (!)… Assez mignon finalement voire touchant peut être pour certains. Au niveau du rendu, continuons donc à dire que les samples et effets sont particulièrement bien trouvés et sensibles. Les parties metal classiques manquent un peu d’efficacité comme les guitares de percutant et la batterie d’inventivité. Old Legend n’a vraiment pas choisit la facilité en maniant son hybridation métallique. Donc, ce ne sont pas des morceaux types qui se dégagent de cet album, ce sont bien plus des atmosphères, des séquences, des samples qui vous apaisent par leur mélancolie. Ceux-ci sont entrecoupés de passages heavy black (avec voix death parfois) plus mous qui ont tendance à rendre l’œuvre quelque peu bancale par moment. C’est apparemment leur côté festif qui s’accommode mal du côté organique mentionné plus haut. Au total, voilà une œuvre relativement sensible qui poursuit la quête de l’hybridation musicale métallique. Nous sommes en période de mondialisation des influences et Old Legend en présente une facette évasive qui tend à s’écarter des carcans stylistiques. Si le groupe continuait, on lui suggérerait de pousser son hybridation encore bien plus loin en s’éloignant des parties heavy/black plus classiques et de tout miser sur ce feeling, ces sentiments, ces séquences peu communes qui font sa force….Des musiciens qui savent créer une atmosphère, un feeling organique alors que beaucoup se concentrent sur les performances et pêchent en voulant être trop démonstratifs : cela méritait d’être souligné.

 

Voir les autres articles de cet auteur

Bannière

Recherche

Twitter Image
Facebook Image



Partenariat

Petites annonces du forum